« À celle qui est voilée » de Victor Hugo

À celle qui est voilée

[singlepic id=137 w=240 h=320 mode=web20 float=right]Tu me parles du fond d’un rêve
Comme une âme parle aux vivants.
Comme l’écume de la grève,
Ta robe flotte dans les vents.

Je suis l’algue des flots sans nombre,
Le captif du destin vainqueur ;
Je suis celui que toute l’ombre
Couvre sans éteindre son coeur.

Mon esprit ressemble à cette île,
Et mon sort à cet océan ;
Et je suis l’habitant tranquille
De la foudre et de l’ouragan. Continuer la lecture de « « À celle qui est voilée » de Victor Hugo »

« Certe, elle n’était pas femme et charmante en vain » de Victor Hugo

Amour Industriel

Certe, elle n’était pas femme et charmante en vain

Certe, elle n’était pas femme et charmante en vain,
Mais le terrestre en elle avait un air divin.
Des flammes frissonnaient sur mes lèvres hardies ;
Elle acceptait l’amour et tous ses incendies,
Rêvait au tutoiement, se risquait pas à pas,
Ne se refusait point et ne se livrait pas ;
Sa tendre obéissance était haute et sereine ;
Elle savait se faire esclave et rester reine,
Suprême grâce ! et quoi de plus inattendu
Que d’avoir tout donné sans avoir rien perdu !
Elle était nue avec un abandon sublime
Et, couchée en un lit, semblait sur une cime.
Continuer la lecture de « « Certe, elle n’était pas femme et charmante en vain » de Victor Hugo »