« Ballade pour la servante du cabaret » de Théodore de Banville

Clair de une

Ballade pour la servante du cabaret

Ami, partez sans émoi ; l’Amour vous suit
Pour faire fête à votre belle hôtesse.
Vous dites donc qu’on aura cette nuit
Souper au vin du Rhin, grande liesse
Et cotillon chez une poëtesse.
Que j’aime mieux dans les quartiers lointains,
Au grand soleil ouvert tous les matins,
Ce cabaret flamboyant de Montrouge
Où la servante a des yeux libertins !
Vive Margot avec sa jupe rouge !

On peut trouver là-bas, si l’on séduit
Quelque farouche et svelte enchanteresse,
Un doux baiser pris et donné sans bruit,
Même, au besoin, un soupçon de caresse ;
Mais, voyez-vous, Margot est ma déesse.
J’ai tant chéri ses regards enfantins,
Et les boutons de rose si mutins
Qu’on voit fleurir dans son corset qui bouge !
Sa lèvre est folle et ses cheveux châtains :
Vive Margot avec sa jupe rouge !

J’ai quelquefois grimpé dans son réduit
Où le vieux mur a vu mainte prouesse.
Elle est si rose et si fraîche au déduit,
Quand rien ne gêne en leur rude allégresse
Son noble sang et sa verte jeunesse !
Le lys tremblant, la neige et les satins
Ne brillent pas plus que les blancs tétins
Et que les bras de cette belle gouge.
Pour égayer l’ivresse et les festins,
Vive Margot avec sa jupe rouge !
Continuer la lecture de « « Ballade pour la servante du cabaret » de Théodore de Banville »

« Une Dame tançoit sa Servante… » de Jean Auvray

Dame
Dame met hoed par Par Roel Wijnants

Une Dame tançoit sa Servante, accusée
D’avoir faict en joüant ce qu’on fait de là l’eau :
– « Vien-çà, nomme-le moy, pauvre fille abusée,
Le meschant qui oza chez nous faire un Bordeau !

— C’est vostre Mareschal, Madame. — Ô la rusée !
Combien as-tu de fois remmanché son marteau ?
— Il me le fit six coups en fillant ma fusée
Et si vouloit encor lever mon devanteau.

– Six coups ! ce dit la Dame, en extase ravie,
Une femme d’honneur en seroit bien servie…
Fuy d’icy, ta presence attise mon courroux !

La laide ! la soüillon ! la petite impudente !
C’est bien à telle gueuse à le faire six coups !
Je m’y passerois bien, moy qui suis presidente ! »

Jean Auvrey