« Aimer son Amour » | Poète Amateur

Ah l'amour !

Aimer son amour,

Aimer quelqu'un c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un.
Aimer quelqu’un c’est aussi aimer le bonheur de quelqu’un. Par Casse-Noisette

pour lui dire qu’on l’aime toujours,
et ne pas oublier,
qu’en cette belle journée,
on est les plus aimer …

Cette journée de saint-valentin,
est une journée ou on se sent si bien,
chaque instant,
est un merveilleux présent …

Un cadeau de la vie,
qui est inouï,
l’amour et la saint-valentin,
une journée avec un tendre saint …

La journée ou on montre tout son amour,
à sa dulcinée,
qui est tant adorée,
et qu’on y pense toujours,
puisqu’elle est là dans notre cœur,
rempli de bonheur,
chaque jour …

Un poème pour la Saint-Valentin, par un poète amateur & anonyme

« Aude nue, poésie sans drap » par Segovellaune

Aude nue, poésie sans drap

Y laissant ma plume d’auteur
J’ai le coeur atteint d’une belle
Sang rouge, j’enseigne en couleur
Tous les desseins et les mots d’elle

Pousse-aux-rimes, c’est provocant
Ton corps maîtresse sans grillons
Tes escarpins en vers luisants
Sur poésie, tatouent « frissons »

Je pose tes pieds sur velours
Te voilà nue, Aude ou sans drap
Ce conte dit, c’est de l’amour
Puisqu’écrit en Alexandra

Quel est ton prénom et nombril ?
Donne l’émoi, lady en glaise
Car dans les règles de l’argile
C’est en sous-bois que je te fraise

Il vire au chaud, le temps d’extase
Sens ce bonheur, ma fleur de fruit
J’en perds les maux, ça me déphrase
À compte d’odeur, je publie

Segovellaune

12/01/2012

Sleeping beauty par Baptigrou

« Chanson » – Anonyme

Chanson

Vous l’avez donc, Hortense,
Placé bien haut ;
Selon toute apparence,
Il est fort chaud.
Ne seroit-il point plus grand qu’il ne faut ?

Anonyme
1666

[singlepic id=42 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Hortence Par Stifts- och landsbiblioteket i Skara

« Sixain » – Anonyme

Sixain

De trois deux en sont morts des mignons de la cour,
Pour avoir trop gousté des plaisir de l’amour,
Leur vigueur s’escoula par le vit goutte à goutte.
Passant, au lieu de pleurs que  l’on verse aux humains,
Verse sur leur tombeau du foutre à pleines mains,
Autrement je dirai : — Passant, l’aze te foute.

Anonyme

[singlepic id=40 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Ceci n’est pas une Érection, par Marc Dupuy

« De Catin » – Poète Anonyme

De Catin

J’allais près d’une rivière
Quand Catin me dit tout bas:
« Tu as l’âme casanière
De ne prendre ici mon cas ! »

Aussitôt la soulevant,
Dessus l’herbe, je la jette,
Et lui troussant son devant,
Je défis mon aiguillette.
« Tout doux, tout doux, me dit-elle,
Ah ! ne poussez pas si fort !
Mais choyez une pucelle
Qui meurt d’une douce mort. »

Disant cela, ses genoux
Elle ouvrit d’un grand courage,
Et moi, je doublai mes coups
Pour m’y faire un chemin large.

« Eh bien ! ai-je le cœur lâche ?
Lui dis-je, quand je fus las.
– Non, dit-elle, si tu tâches
Trois fois d’embourrer mon bas. »

Anonyme

[singlepic id=11 w=320 h=240 mode=web20 float=center]