« Ça commence par la fin » par une poétesse Mystérieuse

Ça commence par la fin

Ça commence par la fin,
Cette jouissance fugace se perdant dans la trace de mes doigts audacieux, capables d’assassiner cette menace qui plane, le deuil de ses pensées accrochées à mes yeux perdus dans le plaisir.

Me noyer dans l’océan de ses pensées frôle mon idéal érotique.
Il m’est amour à fleur de peau, à fleur du mal tant mes désirs de lui sont aussi dépendance.
L’enfermer dans mon jardin d’Amour, quand le charnel bâtit des torrents d’insolence serait ma délivrance .De son sexe menacé je réclamerais toutes les exubérances.
Il donne forme à mes désirs et la réplique exacte à mes fantasmes les plus inavouables.
Il est si homme dans mes plaisirs, ceux que pour lui j’ai inventés.
Compagnon d’infortune de mes péchés charnels ou complice maléfique de ma féminité, il est toujours présent, au fil des jours emportés par le courant sempiternel du temps qui passe.
Il m’a donné des souvenirs à vivre dans une vie parallèle à caresser jusqu’à l’usure.
Blottie au creux de son mystère, au plus près de ses chimères,
Je rêve ses mains sur ma cambrure, qu’elles en occupent tout l’espace,
Je rêve sa bouche, qu’elle enfièvre mes lèvres du feu de ses baisers
Je rêve qu’il donne à tout mon corps l’empreinte sensuelle de ses envies de nous ,
Chapitre après chapitre
Qu’il imprime ma jouissance au cœur de sa mémoire, quand mon regard s’évade sous la douce torture d’un orgasme violent
La menace s’éloigne, otage de mon plaisir
Il n’est pas une légende
Sa peau me manque
J’ai faim de lui sans fin !

Mystérieuse

Recognition
Shocks of Recognition Par Kath [is not here right now]

« Eternity » par Emmanuelle Fourmaux

Eternity

À l’heure où s’imaginent de vaines échappatoires
Hors des murs déstructurés de ma conscience
Je transforme mes nuits en possibles exutoires
Avilissant mon âme de ma tranquille innocence.

À l’aube, tout se meurt en d’infernales convulsions
Et me ressuscite en adorable muse idyllique
Je déserte pour un temps ces inexpressives pulsions
Sans renoncer au ravissement d’une voix angélique. Continuer la lecture de « « Eternity » par Emmanuelle Fourmaux »

« Un poème d'amour » de Jan Erik Vold

Un poème d’amour

Vent contraire sur son
front. Elle le voit, elle voit sa
volonté. Et veut
garder

la sienne. Elle ne veut pas être
celle qu’il désire
qu’elle
soit. Elle ne veut pas non plus

le blesser. C’est son exercice
d’équilibre. Elle l’aime
beaucoup. Il s’agit de
ne pas devenir comme lui.

Jan Erik Vold
« LA NORVÈGE est plus petite qu’on le pense »

Un poème d'amour
PREMIER MATIN Par velanio2