« La glycine est fanée et morte est l’aubépine » par Émile Verhaeren

Glycine

La glycine est fanée et morte est l’aubépine

La glycine est fanée et morte est l’aubépine ;
Mais voici la saison de la bruyère en fleur
Et par ce soir si calme et doux, le vent frôleur
T’apporte les parfums de la pauvre Campine.

Aime et respire-les, en songeant à son sort
Sa terre est nue et rêche et le vent y guerroie ;
La mare y fait ses trous, le sable en fait sa proie
Et le peu qu’on lui laisse, elle le donne encor. Continuer la lecture de « « La glycine est fanée et morte est l’aubépine » par Émile Verhaeren »