« De l'amant douloureux » de Clément Marot

De l’amant douloureux

Avant mes jours mort me faut encourir
Par un regard, dont m’as voulu férir,
Et ne te chaut de ma griève tristesse :
Mais n’est-ce pas à toi grande rudesse,
Vu que tu peux si bien me secourir ?

Auprès de l’eau me faut de soif périr.
Je me vois jeune, et en âge fleurir,
Et si me montre être plein de vieillesse
Avant mes jours. Continuer la lecture de « « De l'amant douloureux » de Clément Marot »

« De soi-même » de Clément Marot

De soi-même

Plus ne suis ce que j’ai été,
Et ne le saurais jamais être.
Mon beau printemps et mon été
Ont fait le saut par la fenêtre.
Amour, tu as été mon maître,
Je t’ai servi sur tous les Dieux.
Ah si je pouvais deux fois naître,
Comme je te servirais mieux !

Clément Marot

De Soi-même
transcεndεntal dεgrεε assıgnatıon . .

« De celui qui entra de nuit chez s'amie » de Clément Marot

De celui qui entra de nuit chez s’amie

De nuit et jour faut être aventureux,
Qui d’amour veut avoir biens plantureux.
Quant est de moi, je n’eus onc crainte d’âme,
Fors seulement, en entrant chez ma Dame,
D’être aperçu des languards dangereux.

Un soir bien tard me firent si peureux
Qu’avis m’était qu’il était jour pour eux :
Mais si entrai-je, et n’en vint jamais blâme
De nuit et jour. Continuer la lecture de « « De celui qui entra de nuit chez s'amie » de Clément Marot »

« De celui qui ne pense qu'en s'amie » de Clément Marot

De celui qui ne pense qu’en s’amie

Sans les Hommes
[ SanS TitRe ] Par Romain [ apictureourselves.org ]
Toutes les nuits je ne pense qu’en celle
Qui a le corps plus gent qu’une pucelle
De quatorze ans, sur le point d’enrager,
Et au dedans un cœur (pour abréger)
Autant joyeux qu’eut oncque damoiselle.

Elle a beau teint, un parler de bon zèle,
Et le tétin rond comme une groselle :
N’ai-je donc pas bien cause de songer
Toutes les nuits ?

Touchant son cœur, je l’ai en ma cordelle,
Et son mari n’a sinon le corps d’elle :
Mais toutefois, quand il voudra changer,
Prenne le coeur : et pour le soulager
J’aurai pour moi le gent corps de la belle
Toutes les nuits.

Clément Marot

« Le beau tétin » de Clément Marot

Jeune femme à forte poitrine : Stormy Daniels

Le Beau Tétin

Tétin refait, plus blanc qu’un œuf,

Tétin de satin blanc tout neuf,

Tétin qui fais honte à la Rose

Tétin plus beau que nulle chose

Tétin dur, non pas Tétin, voire,

Mais petite boule d’Ivoire,

Au milieu duquel est assise

Une Fraise, ou une Cerise

Que nul ne voit, ne touche aussi,

Mais je gage qu’il est ainsi:

Tétin donc au petit bout rouge,

Tétin qui jamais ne se bouge,

Soit pour venir, soit pour aller,

Soit pour courir, soit pour baller;

Tétin gauche, tétin mignon,

Toujours loin de son compagnon,

Tétin qui portes témoignage

Continuer la lecture de « « Le beau tétin » de Clément Marot »