Poème de Béatrice de Die

Jeune femme prénommée Béatrice

Il me faut chanter ici ce que je ne voudrais point chanter
Car j’ai fort à me plaindre de celui dont je suis l’amie
Je l’aime plus que tout au monde
Mais rien ne trouve grâce auprès de lui
Ni Merci, ni Courtoisie, ni ma beauté, ni mon esprit,
Je suis trompée et trahie comme je devrais l’être
Si je n’avais pas le moindre charme.

Une chose me console : jamais, je n’eus de torts
Envers vous, ami. Je vous aime, au contraire
Plus que Seguin n’aima Valence
Et il me plait fort de vous vaincre en amour,
Ami, car vous êtes le plus vaillant de tous.
Mais vous me traitez avec orgueil en paroles et en actes,
Alors que vous êtes si aimable envers d’autres. Continuer la lecture de « Poème de Béatrice de Die »