Vas unguentatum de Paul Verlaine

Vas unguentatum

Paul Verlaine

Admire la brèche moirée
Et le ton rose-blanc qu’y met
La trace encor de mon entrée
Au paradis de Mahomet.

Vois, avec un plaisir d’artiste,
Ô mon vieux regard fatigué
D’ordinaire à bon droit si triste,
Ce spectacle opulent et gai,

Dans un mol écrin de peluche
Noire aux reflets de cuivre roux
Qui serpente comme une ruche,
D’un bijou, le dieu des bijoux,

Continuer la lecture de « Vas unguentatum de Paul Verlaine »

♪ « Bon conseil aux amants » de Victor Hugo

Bon conseil aux amants

L’amour fut de tout temps un bien rude Ananké. 
Si l’on ne veut pas être à la porte flanqué, 
Dès qu’on aime une belle, on s’observe, on se scrute ; 
On met le naturel de côté ; bête brute, 
On se fait ange ; on est le nain Micromégas ; 
Surtout on ne fait point chez elle de dégâts ; 
On se tait, on attend, jamais on ne s’ennuie, 
On trouve bon le givre et la bise et la pluie, 
On n’a ni faim, ni soif, on est de droit transi ; 
Un coup de dent de trop vous perd. Oyez ceci : Continuer la lecture de « ♪ « Bon conseil aux amants » de Victor Hugo »

« Les Amants de Montmorency » par Alfred de Vigny

Les Amants de Montmorency

Élévation

080906-0034 Par gaetanku
080906-0034 Par gaetanku

I

Étaient-ils malheureux, Esprits qui le savez !
Dans les trois derniers jours qu’ils s’étaient réservés ?
Vous les vîtes partir tous deux, l’un jeune et grave,
L’autre joyeuse et jeune. Insouciante esclave,
Suspendue au bras droit de son rêveur amant,
Comme à l’autel un vase attaché mollement,
Balancée en marchant sur sa flexible épaule
Comme la harpe juive à la branche du saule ;
Riant, les yeux en l’air, et la main dans sa main,
Elle allait, en comptant les arbres du chemin,
Pour cueillir une fleur demeurait en arrière,
Puis revenait à lui, courant dans la poussière,
L’arrêtait par l’habit pour l’embrasser, posait
Un œillet sur sa tête, et chantait, et jasait
Sur les passants nombreux, sur la riche vallée
Comme un large tapis à ses pieds étalée ;
Beau tapis de velours chatoyant et changeant,
Semé de clochers d’or et de maisons d’argent,
Tout pareils aux jouets qu’aux enfants on achète
Et qu’au hasard pour eux par la chambre l’on jette.
Ainsi, pour lui complaire, on avait sous ses pieds
Répandu des bijoux brillants, multipliés
En forme de troupeaux, de village aux toits roses
Ou bleus, d’arbres rangés, de fleurs sous l’onde écloses,
De murs blancs, de bosquets bien noirs, de lacs bien verts
Et de chênes tordus par la poitrine ouverts.
Elle voyait ainsi tout préparé pour elle :
Enfant, elle jouait, en marchant, toute belle,
Toute blonde, amoureuse et fière ; et c’est ainsi
Qu’ils allèrent à pied jusqu’à Montmorency. Continuer la lecture de « « Les Amants de Montmorency » par Alfred de Vigny »

« Sur la lyre tissant mes douces mélodies » de Zoé Fleurentin

Sur la lyre tissant mes douces mélodies

Sur la lyre tissant mes douces mélodies,
Tantôt j’ai fait gronder un hymne à la vertu ;
Et tantôt, soupirant, mes lèvres moins hardies
Ont tout bas murmuré :  » Printemps, que me veux-tu ?  »

Restant toujours fidèle à l’essaim de mes rêves,
Jamais je n’ai maudit l’extase de l’amour,
Ni condamné ceux qui, dans des heures trop brèves,
Prononcent des serments qu’ils oublieront un jour.

Zoé Fleurentin

[singlepic id=77 w=240 h=320 mode=web20 float=center]

Lyre Par Jeff Tabaco

« Sonnet Astronomique » de Charles Cros

Sonnet Astronomique

Alors que finissait la journée estivale,
Nous marchions, toi pendue à mon bras, moi rêvant
À ces mondes lointains dont je parle souvent.
Aussi regardais tu chaque étoile en rivale.

Au retour, à l’endroit où la côte dévale,
Tes genoux ont fléchi sous le charme énervant
De la soirée et des senteurs qu’avait le vent.
Vénus, dans l’ouest doré, se baignait triomphale.

Puis, las d’amour, levant les yeux languissamment,
Nous avons eu tous deux un long tressaillement
Sous la sérénité du rayon planétaire.

Sans doute, à cet instant deux amants, dans Vénus
Arrêtés en des bois aux parfums inconnus,
Ont, entre deux baisers, regardé notre terre.

Charles Cros

Rays
Rays Par Atli Harðarson

« Le véritable amant » de Simon Boucoing

Le véritable amant

Les bons amants deux cœurs en un assemblent,
Penser, vouloir, mettent en un désir,
Un chemin vont, jamais ne se dessemblent ;
Ce que l’un veut, l’autre l’a à plaisir.
Point ne les vient jalousie saisir
En vrai amour, car de mal n’ont envie
Amour est bonne ; jaloux ont male vie.

En telle amour l’un l’autre ne mécroit,
Jamais entre eux n’a aucun contredit,
Ce que l’un dit, pour vrai l’autre le croit ;
Nul refus n’a entre eux, en fait ni dit ;
L’un pense bien que l’autre n’a rien dit
Que vérité, et que point ne ferait
Aucune chose que faire ne devrait.

Si par fortune adversité advient
À celle dame qui en amour le tient,
Ou si malade soudainement devient
De meilleur cœur il l’aime et l’entretient ;
La douleur d’elle en son cœur il soutient.
Plus l’aimera ainsi par vérité,
Qu’il ne fera en sa prospérité.

Et si, par mort, l’un d’eux est départi,
Le survivant jà autre n’aimera,
Ni ne prendra jamais autre parti
Car en son cœur l’amour de l’autre aura ;
Comment haïr l’ami soudain pourra
Ce qu’il aimait de coeur si doucement !
Possible n’est de le faire aucunement.

Voyez la teurtre*, qui tant ce fait escorte ;
Quand l’une d’elles sa compagne tôt perd,
La survivante toujours sur branche morte
Prendra repos en grand regret expert.
Chacun connaît que c’est un fait apert
Car sa nature à telle amour ouverte
Qu’el’ ne s’assied plus dessus branche verte.

Simon Boucoing

(*) Tourterelle

[singlepic id=56 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Les Amants Par xo-mox