« À la Femme aimée » de Renée Vivien

Aimée

À la Femme aimée

Lorsque tu vins, à pas réfléchis, dans la brume,
Le ciel mêlait aux ors le cristal et l’airain.
Ton corps se devinait, ondoiement incertain,
Plus souple que la vague et plus frais que l’écume.
Le soir d’été semblait un rêve oriental
De rose et de santal.

Je tremblais. De longs lys religieux et blêmes
Se mouraient dans tes mains, comme des cierges froids.
Leurs parfums expirants s’échappaient de tes doigts
En le souffle pâmé des angoisses suprêmes.
De tes clairs vêtements s’exhalaient tour à tour
L’agonie et l’amour.

Continuer la lecture de « « À la Femme aimée » de Renée Vivien »

« La torche » de Marie Nizet

Jeune Femme prénommée Héloïse

La torche

Je vous aime, mon corps, qui fûtes son désir,
Son champ de jouissance et son jardin d’extase
Où se retrouve encor le goût de son plaisir
Comme un rare parfum dans un précieux vase.

Je vous aime, mes yeux, qui restiez éblouis
Dans l’émerveillement qu’il traînait à sa suite
Et qui gardez au fond de vous, comme en deux puits,
Le reflet persistant de sa beauté détruite. […]

Je vous aime, mon coeur, qui scandiez à grands coups
Le rythme exaspéré des amoureuses fièvres,
Et mes pieds nus noués aux siens et mes genoux
Rivés à ses genoux et ma peau sous ses lèvres…

Continuer la lecture de « « La torche » de Marie Nizet »

« Quand on ne cherche qu'à se plaire » de Denis Sanguin de Saint-Pavin

Miroir Miroir

Quand on ne cherche qu’à se plaire

Quand d’un esprit doux et discret
Toujours l’un à l’autre on défère,
Quand on se cherche sans affaire
Et qu’ensemble on n’est pas distrait ;

Quand on n’eut jamais de secret
Dont on se soit fait un mystère,
Quand on ne cherche qu’à se plaire,
Quand on se quitte avec regret ; Continuer la lecture de « « Quand on ne cherche qu'à se plaire » de Denis Sanguin de Saint-Pavin »

« Je vous envoie un bouquet » de Pierre de Ronsard

Winter Roses

Je vous envoie un bouquet

Je vous envoie un bouquet que ma main
Vient de trier de ces fleurs épanies ;
Qui ne les eût à ce vêpre cueillies
Chutes à terre elles fussent demain.

Cela vous soit un exemple certain
Que vos beautés bien qu’elles soient fleuries
En peu de temps cherront toutes flétries
Et comme fleurs périront tout demain.

Continuer la lecture de « « Je vous envoie un bouquet » de Pierre de Ronsard »

« Stances » – Antoinette Deshoulières

Stances

Rupture
(tristesse) Par hugo b♪rth♪→photostream

Agréables transports qu’un tendre amour inspire,
Désirs impatients, qu’êtes-vous devenus ?
Dans le cœur du berger pour qui le mien soupire
Je vous cherche, je vous désire,
Et je ne vous retrouve plus.

Son rival est absent, et la nuit qui s’avance
Pour la troisième fois a triomphé du jour,
Sans qu’il ait profité de cette heureuse absence ;
Avec si peu d’impatience,
Hélas! on a guère d’amour.

Continuer la lecture de « « Stances » – Antoinette Deshoulières »

« Stances Galantes » – Molière

Stances Galantes

[singlepic id=132 w=320 h=240 float=right]Souffrez qu’Amour cette nuit vous réveille ;
Par mes soupirs laissez-vous enflammer ;
Vous dormez trop, adorable merveille,
Car c’est dormir que de ne point aimer.

Ne craignez rien ; dans l’amoureux empire
Le mal n’est pas si grand que l’on le fait
Et, lorsqu’on aime et que le cœur soupire,
Son propre mal souvent le satisfait.

Continuer la lecture de « « Stances Galantes » – Molière »