« La Beauté » de René-François Sully Prudhomme

La beauté

Beauté

Il voit, comme de blanches ailes
S’abattant sur un colombier,
Les formes des vivants modèles,
À l’appel du ciseau fidèles,
Couvrir le marbre familier;

Il les choisit, il les assemble,
Tel qu’un lutteur, toujours debout,
Et quand l’ébauche te ressemble,
D’aucun désir sa main ne tremble,
Car il est ton prêtre avant tout.

Calme, la prunelle épurée
Au soleil austère de l’art,
Dans la pierre transfigurée
Il juge l’oeuvre et sa durée,
D’un incorruptible regard;

Mais, quand malgré soi l’on regarde
Une femme en ce spectre blanc,
À lui parler l’on se hasarde,
Et bientôt, sans y prendre garde,
Dans la pierre on coule du sang!

On appuie, en rêve, sur elle
Les lèvres pour les apaiser,
Mais, amante surnaturelle,
Tu dédaignes cet amant frêle,
Tu ne lui rends pas son baiser.

Et vainement, pour fuir ta face,
On veut faire en ses yeux la nuit:
Les yeux t’aiment et, quoi qu’on fasse,
Nulle obscurité n’en efface
L’éblouissement qui les suit.

beauté resplendissanteLes vaines tendresses

0 réponse sur “« La Beauté » de René-François Sully Prudhomme”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.