« CANTICUS TROILI » par Geoffrey Chaucer

Canticus Troili

Marie-Madeleine
La grosse Dondon Par Romain [ apictureourselves.org ]
Si l’amour n’existe pas, O Dieu, alors qu’est-ce que je ressens?
Et si l’amour existe, quelle chose est-il, qui n’est pas le néant?
Si
Et si j’y consens, elle est à ma charge
Ma plainte, vraiment: Ainsi ballotté de long en large
Sans gouvernail _dans un bateau je suis;
Au milieu de la mer, deux risées essuie,
Qui toujours l’une contre l’autre, soufflent batailleuses.
Hélas! Quelle est cette maladie merveilleuse?
De la chaleur du froid, de la froidure du chaud, mourant je suis..
l’amour est bon, d’où vient mon malheur?
S’il est mauvais, une merveille, il me semble, en demeure,
Quand chaque adversité et tourment
Qui viennent de lui, me semblent nectar gourmand,
Car plus j’en ai soif, plus j’en suis buveur.

Et s’il vient de mon propre désir que ma brûlure jamais ne soit extincte,
D’où viennent mes gémissements et ma plainte?
Si mes maux m’agréent, alors à qui est-ce que me plains?
Je ne sais pourquoi, infatigable, je n’en défaille pas moins.
O mort vivace, O doux coup, aux si désuètes arrière-pensées,
Comment, se peut-il, de toi, y avoir, en moi, si grande quantité,
A moins que je ne consente que tu sois ainsi invité?

Geoffrey Chaucer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.