« Sappho au miroir » de Marie-Antoine de Helle

Sappho au miroir

2 Femmes Nues
Deux femmes nues Par Henner intime

Un frisson naît et monte en ma forme élancée
Le soir, quand je suis nue et que je me contemple,
Et sur ma hanche souple au fléchissement ample
Passent des voluptés en caresses glacées.

Pâle en la psyché blonde, impavide et dressée
Comme une déité superbe dans un temple,
Et t’évoquant, Vénus Solitaire, en Exemple,
L’hermaphrodite amour éclot dans ma pensée.

De fleurs mortes au sein de coupes transparentes
Une senteur morbide émane exaspérante
Et mes sens font un pas d’ardeur inanimée.

Alors, double, je vois s’adorer mes prunelles
Et mes lèvres se joindre et se baiser, pâmées,
L’une à l’autre écrasant mes quadruples mamelles.

Marie-Antoine de Helle

Des brises qui venaient de Paros

Laisser un commentaire