« Hélène » de Mounir Hammouda

Hélène

[singlepic id=109 w=240 h=320 float=right]Hélène, poétesse de mes douces nuits
Nymphe de tous mes rêves d’enfant
Merci d’avoir tendrement écrit ma vie
Sur les murs du paradis et ses plafonds

J’avais le cœur en mille débris
J’avais les yeux fermés. Inconscient
Jadis je chantais des idioties
Maintenant je chante l’amour qui m’attend

J’ai vu clair : Hélène est ma mie
La panacée de tous mes chagrins
J’ai vu clair, quand elle sourit
Mes maux sont de malheureux défunts.

Mounir Hammouda

Crédit Photo : Hélène par Pagail

Laisser un commentaire