« Ma Créole » de Narcisse-Henri-Édouard Faucher de Saint-Maurice

Ma Créole

Pépita, ma créole,
Où vas-tu donc ce soir,
Sous ta mante espagnole,
Sous ton léger peignoir ?
Vas-tu là, sous l’ombrage,
Danser la cachucha,
Ou sous le vert feuillage
Régner en manola ?

Ce soir ton oeil de flamme
Verra plus d’un marquis
Sacrifier son âme
Pour un de tes souris.
Des voix harmonieuses
Te parleront d’amour,
Mais ces phrases menteuses
Meurent avec le jour.
Jamais l’on ne respire
Sous ces lambris dorés
L’amour qui fait sourire,
Qui nous rend inspirés ;
Et souvent les phalènes
Qu’attirent leurs doux sons
Calcinent leurs antennes
Aux lustres des salons.

Pépita, ma créole,
Ne t’en va pas ce soir ;
Reste, mon espagnole,
Oh ! mais il fait si noir !
Écoute sous l’ombrage
De mon hacienda
Frissonne le feuillage :
Reste, ma sénora

Narcisse-Henri-Édouard Faucher de Saint-Maurice
« Souvenir de Cuba »

Créole
Di Jewel Par Fabrice ROSE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.