« Mme de Montbazon » d'Aloysius Bertrand

Mme de Montbazon

La suivante rangea sur la table un vase de fleurs et les flambeaux de cire, dont les reflets moiraient de rouge et de jaune les rideaux de soie bleue au chevet du lit de la malade.

« Crois-tu, Mariette, qu’il viendra ? – Oh ! dormez, dormez un peu, Madame ! – Oui, je dormirai bientôt pour rêver à lui toute l’éternité. »

On entendit quelqu’un monter l’escalier. « Ah ! si c’était lui ! » murmura la mourante, en souriant, le papillon des tombeaux déjà sur les lèvres.

C’était un petit page qui apportait de la part de la reine, à Mme la duchesse, des confitures, des biscuits et des élixirs sur un plateau d’argent.

« Ah ! il ne vient pas, dit-elle d’une voix défaillante, il ne viendra pas ! Mariette, donne-moi une de ces fleurs que je la respire et la baise pour l’amour de lui ! »

Alors Mme de Montbazon, fermant les yeux, demeura immobile. Elle était morte d’amour, rendant son âme dans le parfum d’une jacinthe.

Aloysius Bertrand

Laisser un commentaire