« Chanson de l'Alouette » de Bernart de Ventadour

Chanson de l’Alouette

Quand vois l’alouette mouvoir
De joie ses ailes face au soleil,
Que s’oublie et se laisse choir
Par la douceur qu’au cœur lui va,
Las! si grand envie me vient
De tous ceux dont je vois la joie,
Et c’est merveille qu’à l’instant
Le cœur de désir ne me fonde.

Hélas ! tant en croyais savoir
En amour, et si peu en sais.
Car j’aime sans y rien pouvoir
Celle dont jamais rien n’aurai.
Elle a tout mon cœur, et m’a tout,
Et moi-même, et le monde entier,
Et ces vols ne m’ont rien laissé
Que désir et cœur assoiffé.

Or ne sais plus me gouverner
Et ne puis plus m’appartenir
Car ne me laisse en ses yeux voir
En ce miroir qui tant me plaît.
Miroir, pour m’être miré en toi,
Suis mort à force de soupirs,
Et perdu comme perdu s’est
Le beau Narcisse en la fontaine.

Des dames, je me désespère;
Jamais plus ne m’y fierai,
Autant d’elles j’avais d’estime
Autant je les mépriserai.
Pas une ne vient me secourir
Près de celle qui me détruit,
Car bien sais que sont toutes ainsi.

Avec moi elle agit en femme
Ma dame, c’est ce que lui reproche,
Ne veut ce que vouloir devrait
Et ce qu’on lui défend, le fait.
Tombé suis en male merci
Car ai fait le fou sur le pont
Et si celà m’est advenu
C’est qu’ai voulu monter trop haut…

Et puisqu’auprès d’elle ne valent
Prière, merci ni droit que j’ai,
Puisque ne lui vient à plaisir
Que l’aime, plus ne lui dirai;
Aussi je pars d’elle et d’amour;
Ma mort elle veut, et je meurs,
Et m’en vais car ne me retient,
Dolent, en exil, ne sais où.

Tristan, plus rien n’aurez de moi,
Je m’en vais, dolent, ne sais où;
De chanter cesse et me retire,
De joie et d’amour me dérobe

Bernart de Ventadour

[singlepic id=6 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Laisser un commentaire