« A Poor Young Shepherd » – Paul Verlaine

A Poor Young Shepherd

[singlepic id=125 w=260 h=320 mode=web20 float=right]J’ai peur d’un baiser
Comme d’une abeille.
Je souffre et je veille
Sans me reposer.
J’ai peur d’un baiser !

Pourtant j’aime Kate
Et ses yeux jolis.
Elle est délicate
Aux longs traits pâlis.
Oh! que j’aime Kate !

C’est Saint-Valentin!
Je dois et je n’ose
Lui dire au matin…
La terrible chose
Que Saint-Valentin !

Elle m’est promise,
Fort heureusement !
Mais quelle entreprise
Que d’être un amant
Près d’une promise !

J’ai peur d’un baiser
Comme d’une abeille.
Je souffre et je veille
Sans me reposer :
J’ai peur d’un baiser !

Paul Verlaine

« Romances Sans Paroles »

Crédit Photo : Verlaine, Je fais souvent ce rêve étrange… Par db2r

0 réponse sur “« A Poor Young Shepherd » – Paul Verlaine”

  1. Ainsi, Valentin
    Fait peur à Verlaine !
    Il tremble au matin,
    Ce berger des plaines,
    Devant Valentin.

    Il perd son latin,
    Il est à la peine,
    Son coeur est butin,
    Son coeur est aubaine,
    Il perd son latin.

    Quel triste destin,
    Ce coeur qu’on enchaîne !
    Le coeur enfantin
    Du pauvre Verlaine,
    Quel triste destin.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.