« Une Jeune fille » – Victor Hugo

Une jeune fille

Une Jeune Fille
Jeune fille vert amande Par Fabienne Félix

J’aime. Ô vents, chassez l’hiver.
Les plaines sont embaumées.
L’oiseau semble, aux bois d’Aser,
Une âme dans les ramées.

L’amante court vers l’amant ;
Il me chante et je le chante.
Oh ! comme on dort mollement
Sous une branche penchante !

Je m’éveille en le chantant ;
En me chantant il s’éveille ;
L’aurore croit qu’elle entend
Deux bourdonnements d’abeille.

L’un vers l’autre nous allons.
Il dit :  » Ô belle des belles,
La rose est sous tes talons,
L’astre frémit dans tes ailes !  »

Je dis :  » La terre a cent rois ;
Les jeunes gens sont sans nombre ;
Mais c’est lui que j’aime, ô bois !
Il est flamme, et je suis ombre.  »

Il reprend :  « Viens avec moi
Nous perdre au fond des vallées
Dans l’éblouissant effroi
Des sombres nuits étoilées. »

Et j’ajoute : « Je mourrais
Pour un baiser de sa bouche ;
Vous le savez, ô forêts,
Ô grand murmure farouche ! »

L’eau coule, le ciel est clair.
Nos chansons, au vent semées,
Se croisent comme dans l’air
Les flèches de deux armées.

Victor Hugo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.