Poème sensuel de Renée Vivien : « À l’Amie »

Poème sensuel de Renée Vivien : « À l’Amie »

À l’Amie

Dans tes yeux les clartés trop brutales s’émoussent.
Ton front lisse, pareil à l’éclatant vélin,
Que l’écarlate et l’or de l’image éclaboussent,
Brûle de reflets roux ton regard opalin.
Ton visage a pour moi le charme des fleurs mortes,
Et le souffle appauvri des lys que tu m’apportes
Monte vers tes langueurs du soleil au déclin. (suite…)

« Bacchante triste » de Renée Vivien

« Bacchante triste » de Renée Vivien

Bacchante triste

Bacchantes

Boston – Back Bay: Boston Public Library McKim Building – Bacchante and Infant Faun par Wally Gobetz

Le jour ne perce plus de flèches arrogantes
Les bois émerveillés de la beauté des nuits,
Et c’est l’heure troublée où dansent les Bacchantes
Parmi l’accablement des rythmes alanguis.

Leurs cheveux emmêlés pleurent le sang des vignes,
Leurs pieds vifs sont légers comme l’aile des vents,
Et la rose des chairs, la souplesse des lignes
Ont peuplé la forêt de sourires mouvants. (suite…)

« Vers Lesbos » de Renée Vivien

« Vers Lesbos » de Renée Vivien

Vers Lesbos

Lesbiennes

Lesbian & Gay Pride (192) – 25Jun11, Paris (France) Par philippe leroyer

Tu viendras, les yeux pleins du soir et de l’hier…
Et ce sera par un beau couchant sur la mer.

Frêle comme un berceau posé sur les flots lisses,
Notre barques sera pleine d’ambre et d’épices.

Les vents s’inclineront, soumis à mon vouloir.
Je te dirai : « La mer nous appartient, ce soir. »

Tes doigts ressembleront aux longs doigts des noyées.
Nous irons au hasard, les voiles déployées.

Levant tes yeux surpris, tu me demanderas :
« Dans quel lit inconnu dormirai-je en tes bras ? » (suite…)

« Départ » de Renée Vivien

« Départ » de Renée Vivien

Départ

Avant le voyage en rivière...!!!

Avant le voyage en rivière…!!! Par Denis Collette…!!!

La lampe des longs soirs projette un rayon d’ambre
Sur les cadres dont elle estompe les vieux ors.
L’heure de mon départ a sonné dans la chambre…
La nuit est noire et je ne vois rien au-dehors. (suite…)

« Nous nous sommes assises » de Renée Vivien

Nous nous sommes assises

Ma douce, nous étions comme deux exilées,
Et nous portions en nous nos âmes désolées.

L’air de l’aurore était plus lancinant qu’un mal…
Nul ne savait parler le langage natal… (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :