« Une nuit d'août toute noire » de Francis Bury

Une nuit d’août toute noire

Nuit d'août toute noire
DemiLune Par dmachillot

Il fait déjà nuit, une nuit d’août toute noire,
Comme l’encre du stylo qui a écrit sa vie ;
Ce n’est pas la joie, la pauvre, elle n’est qu’en survie.
Au carreau de la fenêtre de sa chambre noire,

La tête appuyée contre la vitre, elle pleure ;
Les larmes mouillent ses joues, brillent comme des diamants
Coulent, à présent, le long des carreaux luisants ;
Son amoureux, quel bonheur, à présent quel malheur

S’est tué pour le plaisir… faire de la moto !
Tout s’écroule autour d’elle, tant de projets rayés.
Nuit étoilée, le destin a tout balayé.
Le bonheur et le malheur c’est comme au loto !

Voilà, le jour vaporeux se lève à présent.
La tête appuyée contre la vitre, elle pleure
Toujours son cœur labouré se déchire. Et meurt
L’amour que son amour lui avait fait présent.

Et, la vie, sans lui, ne sera plus comme avant !
Elle sera comme cette nuit d’août toute noire ;
Le bonheur éternel n’est-il pas illusoire ?
La mort n’est pas pour le monde des vivants !

Francis Bury

Verdun sur Garonne le 28 juillet 2010