« Nuit d’été » par Émile NELLIGAN

« Nuit d’été » par Émile NELLIGAN

Nuit d’été

Le violon, d’un chant très profond de tristesse,
Remplit la douce nuit, se mêle aux sons des cors,
Les sylphes vont pleurant comme une âme en détresse,
Et les coeurs des arbres ont des plaintes de morts. (suite…)

« Bestiaire » de Pierre Louÿs

« Bestiaire » de Pierre Louÿs

Bestiaire

I


Je n’aime pas à voir la princesse autrichienne
Qui fait raidir le vit de son grand lévrier,
Puis se courbe sous lui pour lui servir de chienne
Avant que l’empereur songe à la marier.

*

Je n’aime pas qu’Alice en rut lève son linge
Montre son clitoris dardé, rouge et durci,
Long comme un vit de chien, droit comme un vit de singe,
Et soupire : « Ah ! ma gousse ! un coup de langue ici ! »

*

Je n’aime pas à voir qu’une fille de ferme
Fourre un vit de cheval au con d’une jument
Et racle avec la main tout le surplus du sperme
Pour se lécher la patte au soleil, goulûment. (suite…)

Pierre Louÿs : Extraits sur le thème Parures

Pierre Louÿs : Extraits sur le thème Parures

Extraits sur le thème Parures

I


Je n’aime pas à voir la nouvelle tenue
De la jeune lady qui vient au bal masqué
Une cuisse en culotte et l’autre toute nue
Jusqu’au milieu du con, Madame, c’est risqué.

*

Je n’aime pas à voir l’indolente Charlotte
Qui passe en travesti dans un bal familier,
Disant qu’elle a percé le fond de sa culotte
Pour se faire enculer sans se déshabiller. (suite…)

« Chanson de Fortunio » d’Alfred de Musset

« Chanson de Fortunio » d’Alfred de Musset

Chanson de Fortunio d’Alfred de Musset

Si vous croyez que je vais dire
Qui j’ose aimer,
Je ne saurais, pour un empire,
Vous la nommer.

Nous allons chanter à la ronde,
Si vous voulez,
Que je l’adore et qu’elle est blonde
Comme les blés. (suite…)

« Pour de meilleurs choix » par Sam

« Pour de meilleurs choix » par Sam

Pour de meilleurs choix

Oui je t’aime et rêve de toi…
Oui j’aimerais être près de toi…
En te serrant dans mes bras…
Te couvrant de baisers… « Là »…

Oh !…des « là » un peu partout…
Sur les joues… les lèvres… le cou…
Pour rêver les yeux fermés…
À ce qui peut commencer.

(suite…)

Poème de Victor Hugo : « Au bord de la mer »

Poème de Victor Hugo : « Au bord de la mer »

Au bord de la mer

Vois, ce spectacle est beau. – Ce paysage immense
Qui toujours devant nous finit et recommence ;
Ces blés, ces eaux, ces prés, ce bois charmant aux yeux ;
Ce chaume où l’on entend rire un groupe joyeux ;
L’océan qui s’ajoute à la plaine où nous sommes ;
Ce golfe, fait par Dieu, puis refait par les hommes,
Montrant la double main empreinte en ses contours,
Et des amas de rocs sous des monceaux de tours ;
Ces landes, ces forêts, ces crêtes déchirées ;
Ces antres à fleur d’eau qui boivent les marées ;
Cette montagne, au front de nuages couvert,
Qui dans un de ses plis porte un beau vallon vert,
Comme un enfant des fleurs dans un pan de sa robe ;
La ville que la brume à demi nous dérobe,
Avec ses mille toits bourdonnants et pressés ;
Ce bruit de pas sans nombre et de rameaux froissés,
De voix et de chansons qui par moments s’élève ;
Ces lames que la mer amincit sur la grève,
Où les longs cheveux verts des sombres goëmons
Tremblent dans l’eau moirée avec l’ombre des monts ;
Cet oiseau qui voyage et cet oiseau qui joue ;
Ici cette charrue, et là-bas cette proue,
Traçant en même temps chacune leur sillon ;
Ces arbres et ces mâts, jouets de l’aquilon ;
Et là-bas, par-delà les collines lointaines,
Ces horizons remplis de formes incertaines ;
Tout ce que nous voyons, brumeux ou transparent,
Flottant dans les clartés, dans les ombres errant,
Fuyant, debout, penché, fourmillant, solitaire,
Vagues, rochers, gazons, – regarde, c’est la terre ! (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :