Le poème peut être une bouteille jetée à la mer, abandonnée à l’espoir – certes souvent fragile – qu’elle pourra un jour, quelque part, être recueillie sur une plage, sur la plage du cœur peut-être.
Paul Celan
%d blogueurs aiment cette page :