Sept jours, que je n’ai vu la sœur 1 ;
La maladie s’est insinuée en moi.
Mon corps est devenu lourd,
Et j’ai perdu toute conscience
Quand viennent à moi les chefs-médecins,
Je ne puis être calmé de leurs remèdes ;
Les ritualistes, l’issue n’est pas de leurs côtés :
On ne peut discerner ma maladie.
Mais qu’on me dise : le voici ! voilà qui me ferait revivre ;
Qu’on prononce son nom, voilà qui me relèverait.
L’allée et venue de ses messagers,
Voilà qui ferait revivre mon cœur.
La soeur m’est plus bénéfique qu’aucun remède,
Elle m’est plus efficace que la somme médicale
Mon salut : qu’elle entre de l’extérieur ;
Que je l’aperçoive, et je retrouverais la santé.
Qu’elle ouvre les yeux et mon corps rajeunirait,
Qu’elle parle, et je retrouverai la force.
Si je l’enlaçais, elle détournerait le mal de moi,
Mais voici sept jours qu’elle m’a quitté !

Anonyme

1 Le terme de Sœur dans l’Égypte ancienne, désigne l’épouse.

The Sphinx and the Pyramid of Kephren par Saf’ (Safia Osman)

%d blogueurs aiment cette page :