Poème d'amour de Jean Orizet

Je te l'ai dit Sylvie
Sensation, par artofdreaming sur Flickr

J’ai sculpté un corps de femme
offert à toutes les aires du vent,
Celui qui dessine la rose des boussoles.
Navigations aventureuses,
le visage, les seins, le ventre de cette femme
sont la géographie imprécise mais belle
Que lisent, sur les portulans,
mes désirs encore à naître.

Jean Orizet
« La Peau du Monde »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *