« La rose de personne » de Paul Celan

« La rose de personne » de Paul Celan

La rose de personne

Ta demeure est deux, Eternel, in-
habitable. Aussi
bâtissons-nous, bâtissons. Aussi
est-il dressé, ce lit
pitoyable – sous la pluie, là
dressé. (suite…)

Citation de Paul Celan

Le poème peut être une bouteille jetée à la mer, abandonnée à l’espoir (suite…)
« Fenêtre de Hutte » de Paul Celan

« Fenêtre de Hutte » de Paul Celan

Fenêtre de Hutte

Sombre, l’œil :
comme fenêtre de hutte. Il rassemble
ce qui fut monde, reste monde : l’Est
qui erre, ceux
qui planent, les
Hommes-et-les-Juifs,
le peuple-des-nuées, magnétiquement,
te hâle, terre,
de ses doigts de coeur:
tu viens, tu viens,
demeure nous aurons; demeure, quelque chose

_ un souffle ? un nom ? _ (suite…)

« Si je trépasse entre tes bras, Madame » de Pierre de Ronsard

« Si je trépasse entre tes bras, Madame » de Pierre de Ronsard

Si je trépasse entre tes bras, Madame

Si je trépasse entre tes bras, Madame,
Il me suffit, car je ne veux avoir
Plus grand honneur, sinon que de me voir
En te baisant, dans ton sein rendre l’âme. (suite…)

Meilleurs vœux 2016 !

Meilleurs vœux 2016 !

Bonne Année 2016 !

(suite…)

Poème érotique « Dors à mes pieds ! » par Mélanie Waldor

Poème érotique « Dors à mes pieds ! » par Mélanie Waldor

« Dors à mes pieds ! »

Dors à mes pieds !… Rêve d’amour 
Mon souffle, comme une caresse, 
Glissera sur le pur contour 
De ce beau front qu’avec paresse 
Tu reposes sur mes genoux. 
Dors à mes pieds, tout fait silence, 
Hors la branche qui se balance, 
Souple et frêle, au-dessus de nous ;
Dors à mes pieds, tout fait silence.
(suite…)

« Sara la baigneuse » de Victor Hugo

« Sara la baigneuse » de Victor Hugo

Sara la baigneuse

Sara, belle d’indolence,
Se balance
Dans un hamac, au-dessus
Du bassin d’une fontaine
Toute pleine
D’eau puisée à l’Ilyssus;

Et la frêle escarpolette
Se reflète
Dans le transparent miroir,
Avec la baigneuse blanche
Qui se penche,
Qui se penche pour se voir.

Chaque fois que la nacelle,
Qui chancelle,
Passe à fleur d’eau dans son vol,
On voit sur l’eau qui s’agite
Sortir vite
Son beau pied et son beau col.

Elle bat d’un pied timide
L’onde humide
Où tremble un mouvant tableau,
Fait rougir son pied d’albâtre,
Et, folâtre,
Rit de la fraîcheur de l’eau.

Reste ici caché : demeure !
Dans une heure,
D’un œil ardent tu verras
Sortir du bain l’ingénue,
Toute nue,
Croisant ses mains sur ses bras.

Car c’est un astre qui brille
Qu’une fille
Qui sort d’un bain au flot clair,
Cherche s’il ne vient personne,
Et frissonne,
Toute mouillée au grand air. (suite…)

« Le noyau (d’Eve à Vénus) » par CYR, poète amateur

« Le noyau (d’Eve à Vénus) » par CYR, poète amateur

Le noyau (d’Eve à Vénus)

D’une humeur innocente et frivole
face au miroir posé sur le sol
Eve écarte les jambes lentement,
s’immobilise et regarde fixement.

Puis sa main glisse vers son sexe
et d’un agile et fier index
ouvre, humide et douce, ses petites lèvres.
Sentant très vite monter la fièvre
elle les caresse d’avant en arrière
les masse tel du velours
avec la curiosité, la douceur et l’amour
d’un matou de gouttière.

Bientôt au creux de son pubis noir et gonflé
surgissent des lèvres roses et pleines
tandis qu’elle y plonge à perdre haleine
ses doigts échevelés ! (suite…)

« L’innommable » par Laurent H.

« L’innommable » par Laurent H.

L’innommable

Rose abîme, entrée de l’enfer,
Couloir où rode Lucifer
Alcôve où couve le feu de chair
Bouche fermée, baiser sans air.

(suite…)

« Ardeur » de Patrick Greck

« Ardeur » de Patrick Greck

Ardeur

Corps d’érable ondé, sous tes ongles taillés chante
Le boyau félin ; tu sacrifies ta sueur
Au jeu musical. Où des murs ronflent torpeur,
Pincent dans ta nuit, dansent tes doigts. Sur l’Infante (suite…)

%d blogueurs aiment cette page :