Cœur supplicié

« Le Cœur supplicié » par Arthur Rimbaud

Le Coeur supplicié

Mon triste cœur bave à la poupe…
Mon cœur est plein de caporal !
Ils y lancent des jets de soupe,
Mon triste cœur bave à la poupe…
Sous les quolibets de la troupe
Qui lance un rire général,
Mon triste cœur bave à la poupe,
Mon cœur est plein de caporal !

Continue la lecture

Sensualité

« Les Sens » de Barbara Serdakowski

« Les Sens »

Rien pour retenir
L’épanchement de mes sens en éveil
Le volcan en éruption de mes désirs
Entre mes vallons tu t’enfonces
Au rythme furieux des marées
Ton mât hissé
Mes voiles au vent
Prêts à engendrer la tempête
En orbite des mamelons
De mes seins engorgés. Continue la lecture

Femme Arabe

« Adieux de l’hôtesse arabe » de Victor Hugo

Adieux de l’hôtesse arabe

Femme Arabe
Chocolate, café y canela par Javier Carrera

Puisque rien ne t’arrête en cet heureux pays,
Ni l’ombre du palmier, ni le jaune maïs,
Ni le repos, ni l’abondance,
Ni de voir à ta voix battre le jeune sein
De nos sœurs, dont, les soirs, le tournoyant essaim
Couronne un coteau de sa danse,

Adieu, voyageur blanc ! J’ai sellé de ma main,
De peur qu’il ne te jette aux pierres du chemin,
Ton cheval à l’oeil intrépide ;
Ses pieds fouillent le sol, sa croupe est belle à voir,
Ferme, ronde et luisante ainsi qu’un rocher noir
Que polit une onde rapide. Continue la lecture

Fanny

« À Mlle Fanny de P. » de Victor Hugo

À Mlle Fanny de P.

Ô vous que votre âge défend,
Riez ! tout vous caresse encore.
Jouez ! chantez ! soyez l’enfant !
Soyez la fleur ; soyez l’aurore !

Quant au destin, n’y songez pas.
Le ciel est noir, la vie est sombre.
Hélas ! que fait l’homme ici-bas ?
Un peu de bruit dans beaucoup d’ombre. Continue la lecture

Chant de nuit

« Le Chant des Villes » par Andrée Chedid

Le Chant des villes

Je m’attache aux pulsations des villes
A leur existence mouvementée
Je respire dans leurs espaces verts
Je me glisse dans leurs ruelles
J’écoute leurs peuples de partout
J’ai aimé les cités Le Caire ou bien Paris
Elles retentissent dans mes veines
Me collent à la peau

Je ne pourrai me passer
D’être foncièrement :
Urbaine.

Andrée Chedid

Chant de nuit
Chant de nuit par Lea Marzloff
%d blogueurs aiment cette page :