« Sur un chapelet de roses du Bembe » de Joachim du Bellay

« Sur un chapelet de roses du Bembe » de Joachim du Bellay

Sur un chapelet de roses du Bembe

Tu m’as fait un chapeau de roses
Qui semblent tes deux lèvres closes,
Et de lis fraîchement cueillis
Qui semblent tes beaux doigts polis,
Les liant d’un fil d’or ensemble,
Qui à tes blonds cheveux ressemble. (suite…)

« Ondine » par Aloysius Bertrand

« Ondine » par Aloysius Bertrand

« Ondine »

-  » Ecoute ! – Ecoute ! – C’est moi, c’est Ondine qui
frôle de ces gouttes d’eau les losanges sonores de ta
fenêtre illuminée par les mornes rayons de la lune ;
et voici, en robe de moire, la dame châtelaine qui
contemple à son balcon la belle nuit étoilée et le beau
lac endormi. (suite…)

« Sonnet » de Marie Stuart

« Sonnet » de Marie Stuart

Sonnet

Que suis-je, hélas ! et de quoi sert ma vie ?
Je ne suis fors qu’un corps privé de coeur,
Une ombre vaine, un objet de malheur,
Qui n’a plus rien que de mourir envie. (suite…)

« Romance » de Marie Stuart

« Romance » de Marie Stuart

Romance

En mon triste et doux chant
D’un ton fort lamentable
Je jette un oeil tranchant
De perte incomparable
Et en soupirs cuisants
Passe mes meilleurs ans.

Fut-il un tel malheur
De dure destinée
Ni si triste douleur
De dame fortunée
Qui, mon coeur et mon oeil
Mis en bière ou cercueil. (suite…)

« Je me tais et je pleure » de Sophie d’Arbouville

« Je me tais et je pleure » de Sophie d’Arbouville

Je me tais et je pleure

À Madame *** qui demandait des vers pour son album.

Les vers n’arrivent pas au gré de mon désir,
L’heure du feu sacré ne saurait se choisir.
Dites-vous au bouton qu’il devienne une rose,
À l’oiseau dans son nid que sa couvée éclose ?
Pourquoi me dire à moi : « Prends ton luth pour chanter ? »
Les feuilles loin du vent ne sauraient s’agiter ;
Et comme elles j’attends, immobile et timide,
Qu’une brise du ciel, dans sa course rapide,
Vienne douce et suave, inclinant les buissons,
Comme aux feuilles des bois m’arracher quelques sons. (suite…)

« Amour de jeune fille » de Sophie d’Arbouville

« Amour de jeune fille » de Sophie d’Arbouville

Amour de jeune fille

Ma mère, quel beau jour ! tout brille, tout rayonne.
Dans les airs, l’oiseau chante et l’insecte bourdonne ;
Les ruisseaux argentés roulent sur les cailloux,
Les fleurs donnent au ciel leur parfum le plus doux.
Le lis s’est entr’ouvert ; la goutte de rosée,
Sur les feuilles des bois par la nuit déposée,
S’enfuyant à l’aspect du soleil et du jour,
Chancelle et tombe enfin comme des pleurs d’amour.
Les fils blancs et légers de la vierge Marie,
Comme un voile d’argent, volent sur la prairie :
Frêle tissu, pour qui mon souffle est l’aquilon,
Et que brise en passant l’aile d’un papillon.
Sous le poids de ses fruits le grenadier se penche,
Dans l’air, un chant d’oiseau nous vient de chaque branche ;
Jusqu’au soir, dans les cieux, le soleil brillera :
Ce jour est un beau jour !… Oh ! bien sûr, il viendra ! (suite…)

« L’ange de poésie et la jeune femme » de Sophie d’Arbouville

« L’ange de poésie et la jeune femme » de Sophie d’Arbouville

L’ange de poésie et la jeune femme.

L’ANGE DE POÉSIE.

Éveille-toi, ma sœur, je passe près de toi !
De mon sceptre divin tu vas subir la loi ;
Sur toi, du feu sacré tombent les étincelles,
Je caresse ton front de l’azur de mes ailes.
À tes doigts incertains, j’offre ma lyre d’or,
Que ton âme s’éveille et prenne son essor !…

Le printemps n’a qu’un jour, tout passe ou tout s’altère ;
Hâte-toi de cueillir les roses de la terre,
Et chantant les parfums dont s’enivrent tes sens,
Offre tes vers au ciel comme on offre l’encens !
Chante, ma jeune sœur, chante ta belle aurore,
Et révèle ton nom au monde qui l’ignore.

(suite…)

%d blogueurs aiment cette page :