« Épigramme » de François de Maucroix

Épigramme

— Mon Iris est une merveille !
Que son téton est blanc ! Que sa bouche est vermeille !
Bienheureux qui la touchera !
Bienheureux qui la baisera !
— Plus heureux encore qui la…
— Doucement, s’il vous plaît, hola !

François de Maucroix
[singlepic id=43 w=320 h=320 mode=web20 float=center]

the anatomy of imperfection Par sternenrauschen

« Au beau tétin » de Raoul Fornier

Au beau tétin

Femme aux Yeux Bleus
Stormy Daniels by Thomas Hawk

Plein de beautés, comme mon cœur t’adore !
C’est aussi la raison que ma plume t’honore.
Tetin, le vrai flacon où les souverains dieux
Cachent le cher trésor du nectar précieux ;
Tetin, tu es le pis de la blanche Inachide,
Que Juppin viola dans le bois Aemonide.
Es-tu pas l’entonnoir dont le dieu Cupidon
Fut servi, pour verser mainte perfection,
Au boucault 
de son corps en sa première enfance !
Tu es un mont de neige, un cornet d’abondance,
Que les dieux ont rempli de leur divinité
Autant qu’en eût jamais aucune autre beauté.
Car même ce n’est rien de l’antique Pandore,
Au prix d’un seul tetin qui la nôtre décore.
Au bout de ce cornet apparaît un bouton
Qui surpasse la rose en son beau vermillon.
Tu es le vrai soufflet du fourneau de mon âme,
Où l’amour respirant fait renaître ma flamme.
Tu es l’ambre vivant qui attire à toi
Par secrète vertu mes amours et ma foi.
Tu es le blanc carquois des flèches Paphiennes, 

Tu es le peloton qui dévide mes jours,
Tu es le globe rond, où un monde d’amours
Heureusement enclos, fait glisser en mon âme,
Par moyens inconnus une invisible flamme.
Continuer la lecture de « « Au beau tétin » de Raoul Fornier »

« Le beau tétin » de Clément Marot

Le Beau Tétin

[singlepic id=102 w=320 h=240 mode=web20 float=right]Tétin refait, plus blanc qu’un œuf,

Tétin de satin blanc tout neuf,

Tétin qui fais honte à la Rose

Tétin plus beau que nulle chose

Tétin dur, non pas Tétin, voire,

Mais petite boule d’Ivoire,

Au milieu duquel est assise

Une Fraise, ou une Cerise

Que nul ne voit, ne touche aussi,

Mais je gage qu’il est ainsi:

Tétin donc au petit bout rouge,

Tétin qui jamais ne se bouge,

Soit pour venir, soit pour aller,

Soit pour courir, soit pour baller;

Tétin gauche, tétin mignon,

Toujours loin de son compagnon,

Tétin qui portes témoignage

Continuer la lecture de « « Le beau tétin » de Clément Marot »

« Mes Petites amoureuses » – Arthur Rimbaud

Mes Petites amoureuses

Un hydrolat lacrymal lave
Les cieux vert-chou :
Sous l’arbre tendronnier qui bave,
Vos caoutchoucs

Blancs de lunes particulières
Aux pialats ronds,
Entrechoquez vos genouillères
Mes laiderons !

Nous nous aimions à cette époque,
Bleu laideron !
On mangeait des œufs à la coque
Et du mouron !

Un soir, tu me sacras poète,
Blond laideron :
Descends ici, que je te fouette
En mon giron ;

J’ai dégueulé ta bandoline,
Noir laideron ;
Tu couperais ma mandoline
Au fil du front

Pouah ! mes salives desséchées,
Roux laideron,
Infectent encor les tranchées
De ton sein rond !

0 mes petites amoureuses,
Que je vous hais !
Plaquez de fouffes douloureuses
Vos tétons laids !

Continuer la lecture de « « Mes Petites amoureuses » – Arthur Rimbaud »

« Mon Dieu ! le beau téton… » – Pierre de Cornu

Mon Dieu ! le beau téton…

[singlepic id=118 w=320 h=240 mode=web20 float=right]Mon Dieu, le beau téton, mon tout, ma doucelette,
Que je voy aparoir par dessous ton collet !
Il soupire toujours, las! qu’il est rondelet,
Et garni par dessus d’une peau blanchelette!
Laisse le moi toucher, ma petite garcette,
Laisse moy lui donner un baiser doucelet.
Hé, bon Dieu! quel plaisir! il est si joliet
Que je ne vis jamais charnure si parfaite.
Or, sus, baille le moy, je le veux mignotter,
Je le veux manier, je le veux façotter,
Pour en sucer le bout de ma langue ravie.
Va-t-en, retire le ! Je suis tout appasté
je suis tout esblouy pour l’avoir façotté
Que de trop de bonheur, je sens couler ma vie.

Pierre de Cornu

Crédit Photo : désir camouflé Par Crikette Guilimaux