« Stances de Madame, sœur du Roi » de Catherine de Bourbon

Stances de Madame, sœur du Roi

[singlepic id=102 w=240 h=320 mode=web20 float=right]Pardonne-moi, Seigneur, tout saint, tout débonnaire,
Si j’ai par trop cédé à de mondains appâts.
Hélas ! je fais le mal, lequel je ne veux pas
Et ne fais pas le bien que je désire faire.

Mon esprit trop bouillant, guidé par ma jeunesse,
S’est laissé emporter après la vanité,
Au lieu de s’élever vers ta Divinité
Et admirer les faits de ta grande sagesse.

Ma langue qui devait publier ta puissance
Et l’honneur que de toi, je reçois tous les jours,
Est bègue quand il faut entrer en ces discours
Et prompte et babillarde après la médisance.

Mon oreille, Seigneur, n’est-elle pas coupable,
Qui devait écouter ta sainte vérité
Et y prendre plaisir : ingrate elle a été,
Sourde à ouïr ta voix et ouverte à la fable.

Que dirai-je, mon Dieu, de mes yeux infidèles,
Qui au lieu de jeter leur regard vers les cieux
D’où leur vient le salut, aveuglés aiment mieux
Les arrêter ici sur des beautés mortelles. Continuer la lecture de « « Stances de Madame, sœur du Roi » de Catherine de Bourbon »