« A Poor Young Shepherd » – Paul Verlaine

A Poor Young Shepherd

[singlepic id=125 w=260 h=320 mode=web20 float=right]J’ai peur d’un baiser
Comme d’une abeille.
Je souffre et je veille
Sans me reposer.
J’ai peur d’un baiser !

Pourtant j’aime Kate
Et ses yeux jolis.
Elle est délicate
Aux longs traits pâlis.
Oh! que j’aime Kate !

C’est Saint-Valentin!
Je dois et je n’ose
Lui dire au matin…
La terrible chose
Que Saint-Valentin !

Continuer la lecture de « « A Poor Young Shepherd » – Paul Verlaine »

« Le Baiser » I – Germain Nouveau

Le Baiser

I

N’êtes-vous pas toute petite
Dans votre vaste appartement,
Où comme un oiseau qui palpite
Voltige votre pied normand ?

N’est-elle pas toute mignonne,
Blanche dans l’ombre où tu souris,
Votre taille qui s’abandonne,
Parisienne de Paris ?

N’est-il pas à Vous, pleine d’âme,
Franc comme on doit l’être, à l’excès,
Votre cœur d’adorable femme,
Nu, comme votre corps français ?

Ne sont-ils pas, à Vous si fière,
Les neiges sous la nuit qui dort
Dans leur silence et leur lumière,
Vos magnifiques seins du Nord ?

Continuer la lecture de « « Le Baiser » I – Germain Nouveau »

« L'Amour de l'Amour » de Germain Nouveau

L’Amour de l’Amour

I

le lac de l'amour
le lac de l’amour Par belgioitaly

Aimez bien vos amours ; aimez l’amour qui rêve
Une rose à la lèvre et des fleurs dans les yeux ;
C’est lui que vous cherchez quand votre avril se lève,
Lui dont reste un parfum quand vos ans se font vieux.

Aimez l’amour qui joue au soleil des peintures,
Sous l’azur de la Grèce, autour de ses autels,
Et qui déroule au ciel la tresse et les ceintures,
Ou qui vide un carquois sur des cœurs immortels.

Aimez l’amour qui parle avec la lenteur basse
Des Ave Maria chuchotés sous l’arceau ;
C’est lui que vous priez quand votre tête est lasse,
Lui dont la voix vous rend le rythme du berceau.

Continuer la lecture de « « L'Amour de l'Amour » de Germain Nouveau »

« Ma Source » – Guy de Maupassant

Ma source

Ma Source
« lε congεtturε dı Arlεcchıno . . (ın-bεtwεεn fεar▲hopε) », par jef safi

Je n’ai point assez du Baiser
Dont se contente tout le monde
Et la source où je veux puiser
Est plus cachée et plus profonde !

De votre bouche elle est la sœur !
En pied d’une blanche colline
J’y parviendrai, dans l’épaisseur
D’un buisson frisé qui s’incline.

Elle est fermée et l’on y boit
En écartant un peu la mousse
Avec la bouche, avec le doigt
Nulle soif ne semble plus douce.

Continuer la lecture de « « Ma Source » – Guy de Maupassant »

« Mon rêve familier » – Paul Verlaine

Mon Rêve familier

_DSC4748 (2) Par db2r

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant. Continuer la lecture de « « Mon rêve familier » – Paul Verlaine »

Lettre de Victor Hugo à Léonie Biard

Samedi – trois heures du matin.

[singlepic id=113 w=240 h=320 mode=web20 float=right]Je rentre. J’ai ta lettre. Cette douce lettre, je l’avais lue aujourd’hui dans tes yeux. Que tu étais belle tantôt aux Tuileries sous ce ciel de printemps, sous ces arbres verts, avec ces lilas en fleurs au-dessus de ta tête. Toute cette nature semblait faire une fête autour de toi. Vois-tu, mon ange, les arbres et les fleurs te connaissent et te saluent. Tu es reine dans ce monde charmant des choses qui embaument et qui s’épanouissent comme tu es reine dans mon cœur. Continuer la lecture de « Lettre de Victor Hugo à Léonie Biard »