« Dimanches (VI) » par Jules Laforgue

Eleonore

Dimanches (VI)

J’aurai passé ma vie à faillir m’embarquer 
Dans de bien funestes histoires, 
Pour l’amour de mon cœur de Gloire !…. 
– Oh ! qu’ils sont chers les trains manqués 
Où j’ai passé ma vie à faillir m’embarquer !….

Mon cœur est vieux d’un tas de lettres déchirées, 
Ô Répertoire en un cercueil 
Dont la Poste porte le deuil !….
– Oh ! ces veilles d’échauffourées 
Où mon cœur s’entraînait par lettres déchirées !…. Continuer la lecture de « « Dimanches (VI) » par Jules Laforgue »

« Amour de jeune fille » de Sophie d’Arbouville

Stéphanie

Amour de jeune fille

Ma mère, quel beau jour ! tout brille, tout rayonne.
Dans les airs, l’oiseau chante et l’insecte bourdonne ;
Les ruisseaux argentés roulent sur les cailloux,
Les fleurs donnent au ciel leur parfum le plus doux.
Le lis s’est entr’ouvert ; la goutte de rosée,
Sur les feuilles des bois par la nuit déposée,
S’enfuyant à l’aspect du soleil et du jour,
Chancelle et tombe enfin comme des pleurs d’amour.
Les fils blancs et légers de la vierge Marie,
Comme un voile d’argent, volent sur la prairie :
Frêle tissu, pour qui mon souffle est l’aquilon,
Et que brise en passant l’aile d’un papillon.
Sous le poids de ses fruits le grenadier se penche,
Dans l’air, un chant d’oiseau nous vient de chaque branche ;
Jusqu’au soir, dans les cieux, le soleil brillera :
Ce jour est un beau jour !… Oh ! bien sûr, il viendra ! Continuer la lecture de « « Amour de jeune fille » de Sophie d’Arbouville »

« L'ange de poésie et la jeune femme » de Sophie d'Arbouville

L’ange de poésie et la jeune femme.

L’ANGE DE POÉSIE.

Éveille-toi, ma sœur, je passe près de toi !
De mon sceptre divin tu vas subir la loi ;
Sur toi, du feu sacré tombent les étincelles,
Je caresse ton front de l’azur de mes ailes.
À tes doigts incertains, j’offre ma lyre d’or,
Que ton âme s’éveille et prenne son essor !…

Le printemps n’a qu’un jour, tout passe ou tout s’altère ;
Hâte-toi de cueillir les roses de la terre,
Et chantant les parfums dont s’enivrent tes sens,
Offre tes vers au ciel comme on offre l’encens !
Chante, ma jeune sœur, chante ta belle aurore,
Et révèle ton nom au monde qui l’ignore.

Continuer la lecture de « « L'ange de poésie et la jeune femme » de Sophie d'Arbouville »

« Adieux de l'hôtesse arabe » de Victor Hugo

Adieux de l’hôtesse arabe

Femme Arabe
Chocolate, café y canela par Javier Carrera

Puisque rien ne t’arrête en cet heureux pays,
Ni l’ombre du palmier, ni le jaune maïs,
Ni le repos, ni l’abondance,
Ni de voir à ta voix battre le jeune sein
De nos sœurs, dont, les soirs, le tournoyant essaim
Couronne un coteau de sa danse,

Adieu, voyageur blanc ! J’ai sellé de ma main,
De peur qu’il ne te jette aux pierres du chemin,
Ton cheval à l’oeil intrépide ;
Ses pieds fouillent le sol, sa croupe est belle à voir,
Ferme, ronde et luisante ainsi qu’un rocher noir
Que polit une onde rapide. Continuer la lecture de « « Adieux de l'hôtesse arabe » de Victor Hugo »