« Noblesse de confessionnal » par Penicolo, poète amateur

brown wooden church bench near white painted wall

Noblesse de confessionnal

La marquise a un précepteur
Qui lui enseigne la musique
Car elle a le luth romantique
Et un charme dévastateur

En enseignant ce professeur
Subissant son attrait magique
Voit se déformer son physique
Qui s’émeut de tant de douceur​
La marquise feint d’ignorer
Qu’il vient de se revigorer
D’une façon si évidente​
Qu’elle aimerait beaucoup pouvoir
Se montrer un peu plus ardente
Dans l’intimité du boudoir.​

Continuer la lecture de « « Noblesse de confessionnal » par Penicolo, poète amateur »

Vas unguentatum de Paul Verlaine

Vas unguentatum

Paul Verlaine

Admire la brèche moirée
Et le ton rose-blanc qu’y met
La trace encor de mon entrée
Au paradis de Mahomet.

Vois, avec un plaisir d’artiste,
Ô mon vieux regard fatigué
D’ordinaire à bon droit si triste,
Ce spectacle opulent et gai,

Dans un mol écrin de peluche
Noire aux reflets de cuivre roux
Qui serpente comme une ruche,
D’un bijou, le dieu des bijoux,

Continuer la lecture de « Vas unguentatum de Paul Verlaine »

« Les libertins », par Cyr

Les libertins

À une étoile filante,

Baiser
Lesbian & Gay Pride (006) – 25Jun11, Paris (France) Par philippe leroyer

Elle l’a vu sur Internet
Il a l’air sympa, une bonne tête,
Et surtout, pour être honnête,
Il a, wow !, entre les jambes
Une sâcrée bête !

Lui, il en a marre des cam to cam
Le sexe virtuel c’est pas ad vitam eternam,
Toutes ces femmes qu’il a excité
Il voudrait bien les toucher.

Elle lui demande son adresse
Tout en lui montrant ses fesses
Ca tombe bien, elle habite tout près
Et, hum… putain ce qu’elle lui plait ! Continuer la lecture de « « Les libertins », par Cyr »

« La passion : la poésie » de Miguel Oscar Menassa

La passion : la poésie

Désirs
désir / desire Par Ferran.

Entre la vie
qui ne m’appartient pas
l’amour
et la vie que je suis
La poésie
peut remplir
tout ce vide.

Il parlait
toujours en silence
sans rien dire.
Elle, elle pensait au futur.

Nous étions ainsi,
assis l’un en face de l’autre
depuis des siècles.

Ma voix sonnait creuse
entre les parfums violents
de ses fesses
ouvertes comme des ruisseaux
comme des versants cristallins
de rosée s’ouvrant
au petit soleil du matin.
Ma voix se perdait
entre l’acoustique marée. Continuer la lecture de « « La passion : la poésie » de Miguel Oscar Menassa »

« Ouvre » de Sire de Chambley

Ouvre

[singlepic id=89 w=295 h=320 mode=web20 float=right]Ouvre les yeux, reveille-toi;
Ouvre l’oreille, ouvre la porte:
C’est l’amour qui sonne et c’est moi
Qui te l’apporte.

Ouvre la fenêtre à tes sein;
Ouvre ton corsage de soie;
Ouvre ta robe sur tes reins;
Ouvre qu’on voie !
Ouvre à mon coeur ton coeur trop plein:
J’irai le boire sur ta bouche !
Ouvre ta chemise de lin :
Ouvre qu’on touche !

Ouvre les plis de tes rideaux;
Ouvre ton lit que je t’y traîne :
Il va s’échauffer sous ton dos.
Ouvre l’arène.

Ouvre tes bras pour m’enlacer;
Ouvre tes seins que je m’y pose;
Ouvre aux fureurs de mon baiser
Ta lèvre rose !

Ouvre tes jambes; prends mes flancs
Dans ces rondeurs blanches et lisses;
Ouvre tes genoux tremblants…
Ouvre tes cuisses !

Ouvre tout ce qu’on peut ouvrir:
Dans les chauds trésors de ton ventre
J’inonderai sans me tarir
L’abîme où j’entre.

Sire de Chambley

Crédit Photo : Ouvre les Yeux Par amysphere