« Stances » de Jean Bertaut

Stances

Ne vous offensez point, belle âme de mon âme,
De voir qu’en vous aymant j’ose plus qu’il ne faut :
C’est bien trop haut voller, mais estant tout de flame
Ce n’est rien de nouveau si je m’éleve en haut.

Comme l’on voit qu’au ciel le feu tend et s’élance,
Au ciel de vos beautez je tens pareillement :
Mais luy c’est par nature, et moy par cognoissance ;
Luy par nécessité, moy volontairement. Continuer la lecture de « « Stances » de Jean Bertaut »