« Le Loup et l’agneau » de Jean de la Fontaine

Le Loup et l'agneau

Le Loup et l’agneau

Fable de La Fontaine

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Un agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
« Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ? Continuer la lecture de « « Le Loup et l’agneau » de Jean de la Fontaine »

« Tout un poème » par Lacrymasultime

Tout un poème

La Mort des Amants
Les Amants Par xo-mox

Comme un vers je me glisse et je veux caresser
Jusqu’à ce que l’oreille se fonde à ton lobe
Je vois que tu souris de ma sonorité
Le vent de mon quatrain soulève alors ta robe

Je veux te pénétrer entre tes hémistiches
Boire la rime qui transpire de passion
Sur un alexandrin sur lequel je ne triche
Je prends mes douze pieds bien plus que raison Continuer la lecture de « « Tout un poème » par Lacrymasultime »

« Le poëme de la femme » de Théophile Gautier

Le poëme de la femme

Marbre de Paros

Marbre de Paros
Museu d’Olímpia. Estàtua de la Victòria de Peònios. Par Pilar Torres

Un jour, au doux rêveur qui l’aime,
En train de montrer ses trésors,
Elle voulut lire un poème,
Le poème de son beau corps.

D’abord, superbe et triomphante
Elle vint en grand apparat,
Traînant avec des airs d’infante
Un flot de velours nacarat :

Telle qu’au rebord de sa loge
Elle brille aux Italiens,
Ecoutant passer son éloge
Dans les chants des musiciens.

Ensuite, en sa verve d’artiste,
Laissant tomber l’épais velours,
Dans un nuage de batiste
Elle ébaucha ses fiers contours.

Glissant de l’épaule à la hanche,
La chemise aux plis nonchalants,
Comme une tourterelle blanche
Vint s’abattre sur ses pieds blancs.

Pour Apelle ou pour Cléoméne,
Elle semblait, marbre de chair,
En Vénus Anadyomène
Poser nue au bord de la mer.

De grosses perles de Venise
Roulaient au lieu de gouttes d’eau,
Grains laiteux qu’un rayon irise,
Sur le frais satin de sa peau.

Oh ! quelles ravissantes choses,
Dans sa divine nudité,
Avec les strophes de ses poses,
Chantait cet hymne de beauté !

Comme les flots baisant le sable
Sous la lune aux tremblants rayons,
Sa grâce était intarissable
En molles ondulations.

Mais bientôt, lasse d’art antique,
De Phidias et de Vénus,
Dans une autre stance plastique
Elle groupe ses charmes nus. Continuer la lecture de « « Le poëme de la femme » de Théophile Gautier »

« Un poème » de Raymond Queneau

Un poème

Bien placés bien choisis
quelques mots font une poésie
les mots il suffit qu’on les aime
pour écrire un poème
on ne sait pas toujours ce qu’on dit
lorsque naît la poésie
faut ensuite rechercher le thème
pour intituler le poème
mais d’autres fois on pleure on rit
en écrivant la poésie
ça a toujours kékchose d’extrème
un poème

Raymond Queneau

[singlepic id=38 w=320 h=240 mode=web20 float=center]
Lorsque l’enfant était enfant… Par L’Ubuesque Boîte à Savon