« Un Nom » par Alphonse de Lamartine

Un Nom

[singlepic id=116 w=320 h=240 float=right]Il est un nom caché dans l’ombre de mon âme,
Que j’y lis nuit et jour et qu’aucun oeil n’y voit,
Comme un anneau perdu que la main d’une femme
Dans l’abîme des mers laissa glisser du doigt.

Dans l’arche de mon coeur, qui pour lui seul s’entrouvre,
Il dort enseveli sous une clef d’airain ;
De mystère et de peur mon amour le recouvre,
Comme après une fête on referme un écrin.

Si vous le demandez, ma lèvre est sans réponse,
Mais, tel qu’un talisman formé d’un mot secret,
Quand seul avec l’écho ma bouche le prononce,
Ma nuit s’ouvre, et dans l’âme un être m’apparaît.

En jour éblouissant l’ombre se transfigure ;
Des rayons, échappés par les fentes des cieux,
Colorent de pudeur une blanche figure
Sur qui l’ange ébloui n’ose lever les yeux.

C’est une vierge enfant, et qui grandit encore ;
Il pleut sur ce matin des beautés et des Jours ;
De pensée en pensée on voit son âme éclore,
Comme son corps charmant de contours en contours.

Un éblouissement de jeunesse et de grâce
Fascine le regard où son charme est resté.
Quand elle fait un pas, on dirait que l’espace
S’éclaire et s’agrandit pour tant de majesté. Continuer la lecture de « « Un Nom » par Alphonse de Lamartine »

« Écris ton Nom » de Marc Dupuy

La Fille de l'air
La Chine en mouvement : chemin champêtre Par bertrand môgendre

Écris ton nom à côté du mien.

C’est lisible. C’est simple :
Nous ne sommes pas un couple d’amoureux.

Bientôt nous partirons et chanterons,
Légèrement appuyés l’un sur l’autre…

Je ne dirais plus rien, après.
Tu diras en cet instant,
Nous sommes ensemble en terre étrangère.

Ceci est l’endroit où je me tiens et attends.

Ce qui viendra, cela ne compte pas.

Nous buvions et nous parlions
Jusqu’à chanter : entends-tu encore ?

From silent night. Vous me tuez si doucement.

Continuer la lecture de « « Écris ton Nom » de Marc Dupuy »