« Ton voile noir te fait approuver feinte » par Marc de Papillon de Lasphrise

Ton voile noir te fait approuver feinte

Je n'avais qu'un seul mot à lui dire...
Je n’avais qu’un seul mot à lui dire… Par mkorchia

Ton voile noir te fait approuver feinte,
Il te déguise en cachant tes beaux yeux,
Et si convient à ton voeu soucieux,
Qui est couvert de religion sainte.

Certainement toute chose contrainte
Est haïssable aux hommes et aux dieux ;
Par force on entre au couvent odieux
Qui rend la vie étroitement étreinte. Continuer la lecture de « « Ton voile noir te fait approuver feinte » par Marc de Papillon de Lasphrise »

Quoi ! qu'est-ce que ceci ? ma mignonne, es-tu folle ? de Marc de Papillon de Lasphrise

Quoi ! qu’est-ce que ceci ? ma mignonne, es-tu folle ?

[singlepic id=92 w=320 h=310 mode=web20 float=right]Quoi ! qu’est-ce que ceci ? ma mignonne, es-tu folle ?
Ne te moques-tu point ? penses-tu apaiser
L’audace de mon feu par un simple baiser,
D’un gracieux regard, d’une douce parole ?

Ni pour la compagnie, il faut que je t’accole.
Ne crains qu’on le découvre, on ne peut l’aviser,
Selon qu’il me plaît ore avec toi deviser,
Assis sur cette chaire agréablement molle.

Puis chacun parle à part, s’entretenant tout bas.
Faisons ainsi afin qu’on ne s’en doute pas,
Prenons l’occasion qui douce nous salue.

Là feignant d’admirer ton bel entendement,
Te serrant près de moi, j’hausserai vitement
Ton linge délié par ta jupe fendue.

Marc de Papillon de Lasphrise

« L’Amour passionnel de Noémie. »

Crédit Photo : Noémie Lenoir par Par CHRISTOPHER MACSURAK

« Avant que d'adorer le ciel de vos beautés » de Marc de Papillon de Lasphrise

Avant que d’adorer le ciel de vos beautés

Requiem pour l’égo!!! :)))

Requiem for the ego!!! / Requiem pour l’égo!!! :))) Par Denis Collette…!!!

Avant que d’adorer le ciel de vos beautés,
D’un clin d’oeil triplement j’aperçus d’aventure
Votre visage, Amour, chef-d’oeuvre de Nature,
Par qui je souffre, hélas, tant d’âpres cruautés !

Vous teniez ce cristal, miroir des déités,
Qui me représenta votre sainte figure,
Et ce riche portrait, riche de la peinture
Des braves traits naïfs de vos divinités.

Si j’ai donc vu d’un coup diverse votre face,
Que peut ore espérer mon coeur qui vous pourchasse ?
Ha ! je crains que ce teint ne soit gorgonien !

Mais s’il faut que ma mort procède de ma vue,
Un nouvel Actéon je me désire bien :
Il n’est rien de si beau comme une beauté nue.

Marc de Papillon de Lasphrise

Ô belle Noémie, approche, embrasse-moi – Marc de Papillon de Lasphrise

Ô belle Noémie, approche, embrasse-moi

Ô belle Noémie, approche, embrasse-moi,
Et ne m’allègue plus ma sainte ardeur éprise,
Disant que je m’en aille à Théophile exquise
A qui j’offris mes vœux premièrement qu’à toi.

Je me fâche vraiment de ce double renvoi
Qui fraude les loyers de ma brave entreprise :
Le grand Prince use ainsi d’une feinte remise
Pour égarer l’effet de sa douteuse foi.

Continuer la lecture de « Ô belle Noémie, approche, embrasse-moi – Marc de Papillon de Lasphrise »

« M'amour, tu as trahi ma jeunesse peu caute » – Marc de Papillon de Lasphrise

M’amour, tu as trahi ma jeunesse peu caute

De M'amour Soiez Sure
De M’amour Soiez Sure Par djwudi

M’amour, tu as trahi ma jeunesse peu caute.
Je brûle t’oeilladant, certes je n’en puis plus !
Vois ma couleur changeante et vois mes sens émus,
Je suis près du péril de l’agréable faute.

Je ne quiers si tu es papiste ou huguenote,
Amour n’a point de loi. Malheureux sont tenus
Ceux qui ne sont sujets de la belle Vénus,
Qui fuit l’ombre d’honneur comme une chose sotte.

Quel bonheur, quelle joie est-ce qu’on en reçoit ?
C’est un abus commun qui les femmes déçoit,
Où l’amour est un bien qui réjouit notre âme.

C’est trop dit, je me perds, ha mon dieu ! je me meurs,
Je sens une liqueur qui doucement me pâme.
Bienheureux qui finit entre tant de faveurs.

Marc de Papillon de Lasphrise