« Adieu à Adélaïde » par Alain Adam

Adieu à Adélaïde

La Mort des Amants
Les Amants Par xo-mox

Dans ta maison il fait tout bleu
Les murs, le sol et le plafond
Semblent partis en excursion.

Aujourd’hui, je te visite pour la dernière fois
Ô princesse d’amour au sourire enchanteur
Tu as été la seule à me prendre la main
A peine débarquée de ta Russie natale
Tu m’avais aperçu et élu comme ton dieu.

Il n’y a aucun lit chez toi
On détruit la maison
On a vidé l’appartement
Je vais te faire l’amour par terre
En guise d’adieu puisque tu pars. Continuer la lecture de « « Adieu à Adélaïde » par Alain Adam »

Poème XV de Pablo Neruda

Poème XV

"On pleure les lèvres absentes de toutes ces belles passantes que l'on n'a pas su retenir."
« On pleure les lèvres absentes de toutes ces belles passantes que l’on n’a pas su retenir. » Par laurent.breillat

J’aime quand tu te tais, parce que tu es comme absente,
et tu m’entends au loin, et ma voix ne t’atteint pas.
On dirait que tes yeux se sont envolés,
et on dirait qu’un baiser t’a clos la bouche

Comme toutes les choses sont remplies de mon âme,
tu émerges des choses pleine de mon âme.
Papillon de rêve, tu ressembles à mon âme
et tu ressembles au mot : mélancolie.

J’aime quand tu te tais et que tu es comme distante.
Et tu es comme plaintive, papillon que l’on berce.
Et tu m’entends au loin, et ma voix ne t’atteint pas:
laisse-moi me taire avec ton silence. Continuer la lecture de « Poème XV de Pablo Neruda »

« Si je n'aimais que toi » d'Anna de Noailles

Si je n’aimais que toi

Czech your jump!
Czech your jump! Par Éole

Si je n’aimais que toi en toi
Je guérirais de ton visage,
Je guérirais bien de ta voix
Qui m’émeut comme lorsqu’on voit,
Dans le nocturne paysage,
La lune énigmatique et sage,
Qui nous étonne chaque fois.

– Si c’était toi par qui je rêve,
Toi vraiment seul, toi seulement,
J’observerais tranquillement
Ce clair contour, cette âme brève
Qui te commence et qui t’achève.

Continuer la lecture de « « Si je n'aimais que toi » d'Anna de Noailles »

« Il n'y a pas d'amour heureux » – Louis Aragon

Un baiser d'une jeune femme

Il n’y a pas d’amour heureux

Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son cœur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce

Il n’y a pas d’amour heureux

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu’on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu’on retrouve au soir désœuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Continuer la lecture de « « Il n'y a pas d'amour heureux » – Louis Aragon »