« Quand elle fait l'amour » par un poète amateur

Quand elle fait l’amour

Relation Érotique
relation homme femme amour érotique nu femme homme couple modèle des femmes des hommes de modélisation nu peinture art artiste artistes peintre peintres galerie galeries artworks par Par i love paintings

Je ne vous dirai pas la douceur de sa peau,
Ni les grains de beauté cachés sous les dentelles
Qui s’offrent au détour de son intimité
Quand ma hâte délie les cordons bien noués
Qui masquent à la vue ce petit morceau d’elle
Où naissent des désirs à chaque fois nouveaux. Continuer la lecture de « « Quand elle fait l'amour » par un poète amateur »

Poème Sensuel de Norge

Sensualité
Sans titre Par anais|siana

Soir d’été au bord de la mer du nord
J’en ai assez d’autopsier. Ce soir,
mon esprit d’analyse
est gourd comme la lune.
Je voudrais simplement

faire l’amour tout de suite avec
toi dans les dunes.

Norge

« Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux » de Théodore Agrippa d’Aubigné

 Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux

Amour trouva Diane en la claire fontaine
Diane Kruger Par Siebbi

Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux :
J’en serai laboureur, vous dame et gardienne.
Vous donnerez le champ, je fournirai de peine,
Afin que son honneur soit commun à nous deux.

Les fleurs dont ce parterre éjouira nos yeux
Seront vers florissants, leurs sujets sont la graine,
Mes yeux l’arroseront et seront sa fontaine
Il aura pour zéphyrs mes soupirs amoureux. Continuer la lecture de « « Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux » de Théodore Agrippa d’Aubigné »

« Ex-amour non platonique » par Isabelle Lorédan

Ex-amour non platonique

Chambre d'amour
el espejo-sin retoque3 Par Poesía verde-

Ton sexe est l’autel diabolique
D’une divine et exquise basilique
Excitant mes sens d’une vision érotique

Audacieuse Alix aux vertus maléfiques
Devant ton ventre extra-plat, j’abdique
Toute volonté, proche d’un état extatique

J’esquisse de ma main la courbe mystique
De tes seins, tu m’excites
Redoutable experte aux vertus initiatiques

Tes râles s’expriment, te voilà lyrique
Tentatrice cantatrice, aux accents poétiques
Jusque dans les transes orgasmiques Continuer la lecture de « « Ex-amour non platonique » par Isabelle Lorédan »

« 69 sur la plage » de Montmartre Secret

[singlepic id=11 w=320 h=240 float=center]

69 sur la plage

Nous étions nus sur une plage
Le soleil sur la mer baissait
Et près de nous deux amoureux
A pleine bouche s’embrassaient

Je n’ai pu contrôler ma queue
Qui s’est mise à la verticale
« Ô me dit mon amie volage
C’est le moment du badinage

Je fais le six et toi le neuf
Je vais te gober comme un oeuf »
Aussitôt dit aussitôt fait
Elle entreprend de me sucer

Mon gland se gonfle à éclater
« Arrête un peu de me laper
Mets-toi dans la bonne posture
que je te broute la fourrure »

Juste au-dessus de mon visage
Elle expose un joyeux pelage
dont je débusque de mes lèvres
Le clito qui déjà s’enfièvre

Je l’excite et je le caresse
Je l’aspire et le sens frémir
Et pour décupler son plaisir
J’enfonce un doigt entre ses fesses

Elle active alors ses léchouilles
Ses mains se ferment sur mes couilles
Et moi je tète son bouton
Avec ma langue de glouton

Tous deux jouissons au même instant
Dessus-dessous sur cette plage
Où nos voisins très insistants
Les yeux brillants nous dévisagent

« Venez venez les amoureux
Si 69 est fait pour deux
Pour que nous quatre nous baisions
Cherchons une autre position ».

Montmartre Secret
Lien vers le poème « 69 sur la plage »

 

« L'Amour » de Paul Éluard et d'André Breton

L’Amour

Extrait

[singlepic id=69 w=320 h=240 mode=web20 float=right]

Lorsque la femme est sur le dos et que l’homme est couché sur elle, c’est la cédille.

Lorsque l’homme est sur le dos et que sa maîtresse est couchée sur lui, c’est le c.

Lorsque l’homme et sa maîtresse sont couchés sur le flanc et s’observent, c’est le pare-brise.

Lorsque l’homme et la femme sont couchés sur le flanc, seul le dos de la femme se laissant observer, c’est la Mare-au-Diable.

Lorsque l’homme et sa maîtresse sont couchés sur le flanc, s’observant, et qu’elle enlace de ses jambes les jambes de l’homme, la fenêtre grande ouverte, c’est l’oasis.

Lorsque l’homme et la femme sont couchés sur le dos et qu’une jambe de la femme est en travers du ventre de l’homme, c’est le miroir brisé.

Lorsque l’homme est couché sur sa maîtresse qui l’enlace de ses jambes, c’est la vigne-vierge.

Lorsque l’homme et la femme sont sur le dos, la femme sur l’homme et tête-bêche, les jambes de la femme glissées sous les bras de l’homme, c’est le sifflet du train.

Lorsque la femme est assise, les jambes étendues sur l’homme couché lui faisant face, et qu’elle prend appui sur les mains, c’est la lecture.

Lorsque la femme est assise, les genoux pliés, sur l’homme couché, lui faisant face, le buste renversé ou non, c’est l’éventail.

Continuer la lecture de « « L'Amour » de Paul Éluard et d'André Breton »