« Le noyau (d’Eve à Vénus) » par CYR, poète amateur

Le noyau (d’Eve à Vénus)

D’une humeur innocente et frivole
face au miroir posé sur le sol
Eve écarte les jambes lentement,
s’immobilise et regarde fixement.

Puis sa main glisse vers son sexe
et d’un agile et fier index
ouvre, humide et douce, ses petites lèvres.
Sentant très vite monter la fièvre
elle les caresse d’avant en arrière
les masse tel du velours
avec la curiosité, la douceur et l’amour
d’un matou de gouttière.

Bientôt au creux de son pubis noir et gonflé
surgissent des lèvres roses et pleines
tandis qu’elle y plonge à perdre haleine
ses doigts échevelés ! Continuer la lecture de « « Le noyau (d’Eve à Vénus) » par CYR, poète amateur »

« Ève » de Marie Krysinska

Ève

À Maurice Isabey.

Seins
erotic nature Par In All Your Glory

Ève au corps ingénu lasse de jeux charmants
Avec les biches rivales et les doux léopards
Goûte à présent le repos extatique,
Sur la riche brocatelle des mousses.
Autour d’elle, le silence de midi
Exalte la pamoison odorante des calices,
Et le jeune soleil baise les feuillées neuves.
Tout est miraculeux dans ce Jardin de Joie:
Les branchages s’étoilent de fruits symboliques
Rouges comme des cœurs et blancs comme des âmes;
Les Roses d’Amour encore inécloses
Dorment au beau Rosier;
Les Lys premiers nés
Balancent leurs fervents encensoirs
Auprès
Des chères coupes des Iris
Où fermente le vin noir des mélancolies;
Et le Lotus auguste rêve aux règnes futurs.
Mais parmi les ramures,
C’est la joie criante des oiseaux;
Bleus comme les flammes vives du Désir,
Roses comme de chastes Caresses
Ornés d’or clair ainsi que des Poèmes
Et vêtus d’ailes sombres comme les Trahisons.
Ève repose,
Et cependant que ses beaux flancs nus,
Ignorants de leurs prodigieuses destinées,
Dorment paisibles et par leurs grâces émerveillent
La tribu docile des antilopes,
Voici descendre des plus hautes branches
Un merveilleux Serpent à la bouche lascive,
Un merveilleux Serpent qu’attire et tente
La douceur magnétique de ces beaux flancs nus,
Et voici que pareil à un bras amoureux,
Il s’enroule autour
De ces beaux flancs nus
Ignorants de leurs prodigieuses destinées.

Marie Krysinska

Rythmes pittoresques