« Le Lendemain » – Évariste de Forges de Parny

Eleonore

Le Lendemain

À Éléonore

Enfin, ma chère Éléonore,
Tu l’ as connu ce péché si charmant
Que tu craignais, même en le désirant;
En le goûtant, tu le craignais encore.
Eh bien, dis-moi ; qu’ a-t-il donc d’ effrayant ?
Que laisse-t-il après lui dans ton âme ?
Un léger trouble, un tendre souvenir,
L’étonnement de sa nouvelle flamme,
Un doux regret, et surtout un désir.
Déjà la rose aux lis de ton visage
Mêle ses brillantes couleurs;
Dans tes beaux yeux, à la pudeur sauvage
Succèdent les molles langueurs,
Qui de nos plaisirs enchanteurs
Sont à la fois la suite et le présage.
Continuer la lecture de « « Le Lendemain » – Évariste de Forges de Parny »