« Au couchant » par Armand Launay

Au couchant

[singlepic id=49 w=320 h=240 mode=web20 float=right]Au couchant
Les rayons gagnent de la valeur
À mesure qu’ils perdent de la grandeur.

Précaires, ils se rapprochent de la condition des hommes.
C’est peut-être en cela qu’ils s’attachent mieux à notre âme
Et qu’ils survivent avec nous sous la forme d’espoir
Quand les nuits se font longues.

Ils reviennent au matin et mon cœur rayonne avec eux.

Armand Launay

Crédit Photo : Soleil couchant à Marseille, sur la Corniche

« À celle que j'aime » de Nérée Beauchemin

À celle que j’aime

Dans ta mémoire immortelle,
Comme dans le reposoir
D’une divine chapelle,
Pour celui qui t’est fidèle,
Garde l’amour et l’espoir.

Garde l’amour qui m’enivre,
L’amour qui nous fait rêver ;
Garde l’espoir qui fait vivre ;
Garde la foi qui délivre,
La foi qui nous doit sauver.

L’espoir, c’est de la lumière,
L’amour, c’est une liqueur,
Et la foi, c’est la prière.
Mets ces trésors, ma très chère,
Au plus profond de ton cœur.

Nérée Beauchemin
« Les floraisons matutinales »

There is something, you know, in the air...
There is something, you know, in the air... Par Jean-