Poème érotique d'Étienne Jodelle

Boudoir

Sonnet IX

Amour vomit sur moi sa fureur et sa rage,
Ayant un jour du front son bandeau délié,
Voyant que ne m’étais sous lui humilié
Et que ne lui avais encore fait hommage ;

Il me saisit au corps, et en cet avantage
M’a les pieds et les mains garrotté et lié :
De l’or de vos cheveux, plus qu’or fin délié,
Il s’est voulu servir pour faire son cordage.

Continuer la lecture de « Poème érotique d'Étienne Jodelle »