« Jalousie » de François Tristan L'Hermite

Jalousie

Telle qu’était Diane, alors qu’imprudemment
L’infortuné chasseur la voyait toute nue,
Telle dedans un bain Clorinde s’est tenue,
N’ayant le corps vêtu que d’un moite élément.

Quelque dieu dans ces eaux caché secrètement
A vu tous les appas dont la belle est pourvue,
Mais s’il n’en avait eu seulement que la vue,
Je serais moins jaloux de son contentement.

Le traître, l’insolent, n’étant qu’une eau versée,
L’a baisée en tous lieux, l’a toujours embrassée ;
J’enrage de colère à m’en ressouvenir.

Cependant cet objet dont je suis idolâtre
Après tous ces excès n’a fait pour le punir
Que donner à son onde une couleur d’albâtre.

François Tristan L’Hermite
« Plaintes d’Acante »

D-Day Monday Feb 15 1971 par Par brizzle born and bred
D-Day Monday Feb 15 1971 par Par brizzle born and bred

« De celui qui ne pense qu'en s'amie » de Clément Marot

De celui qui ne pense qu’en s’amie

Sans les Hommes
[ SanS TitRe ] Par Romain [ apictureourselves.org ]
Toutes les nuits je ne pense qu’en celle
Qui a le corps plus gent qu’une pucelle
De quatorze ans, sur le point d’enrager,
Et au dedans un cœur (pour abréger)
Autant joyeux qu’eut oncque damoiselle.

Elle a beau teint, un parler de bon zèle,
Et le tétin rond comme une groselle :
N’ai-je donc pas bien cause de songer
Toutes les nuits ?

Touchant son cœur, je l’ai en ma cordelle,
Et son mari n’a sinon le corps d’elle :
Mais toutefois, quand il voudra changer,
Prenne le coeur : et pour le soulager
J’aurai pour moi le gent corps de la belle
Toutes les nuits.

Clément Marot

« L'Union Libre » – André Breton

L’Union Libre

Corazon
MAGIA DE CORAZONES ♥ ♥ ▷ Par PROYECTO AGUA** /** WATER PROJECT

Ma femme à la chevelure de feu de bois
Aux pensées d’éclairs de chaleur
A la taille de sablier
Ma femme à la taille de loutre entre les dents du tigre
Ma femme à la bouche de cocarde et de bouquets d’étoiles de dernière grandeur
Aux dents d’empreinte de souris blanche sur la terre blanche
A la langue d’ambre  et de verre frottés
Ma femme à la langue d’hostie poignardée
A la langue de poupée qui ouvre et ferme les yeux
A la langue de pierre incroyable
Ma femme aux cils de bâton d’écriture d’enfant
Aux sourcils de bord de nid d’hirondelle
Ma femme aux tempes d’ardoise de toit de serre
Et de buée aux vitres
Continuer la lecture de « « L'Union Libre » – André Breton »

Poème d'amour de Jean Orizet

Je te l'ai dit Sylvie
Sensation, par artofdreaming sur Flickr

J’ai sculpté un corps de femme
offert à toutes les aires du vent,
Celui qui dessine la rose des boussoles.
Navigations aventureuses,
le visage, les seins, le ventre de cette femme
sont la géographie imprécise mais belle
Que lisent, sur les portulans,
mes désirs encore à naître.

Jean Orizet
« La Peau du Monde »

« Le Baiser » I – Germain Nouveau

Le Baiser

I

N’êtes-vous pas toute petite
Dans votre vaste appartement,
Où comme un oiseau qui palpite
Voltige votre pied normand ?

N’est-elle pas toute mignonne,
Blanche dans l’ombre où tu souris,
Votre taille qui s’abandonne,
Parisienne de Paris ?

N’est-il pas à Vous, pleine d’âme,
Franc comme on doit l’être, à l’excès,
Votre cœur d’adorable femme,
Nu, comme votre corps français ?

Ne sont-ils pas, à Vous si fière,
Les neiges sous la nuit qui dort
Dans leur silence et leur lumière,
Vos magnifiques seins du Nord ?

Continuer la lecture de « « Le Baiser » I – Germain Nouveau »

« Le Balcon » – Charles Baudelaire

Le Balcon

Femme au Balcon
Sans titre Par Lady AC

Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses,
Ô toi, tous mes plaisirs ! Ô toi, tous mes devoirs !
Tu te rappelleras la beauté des caresses,
La douceur du foyer et le charme des soirs,
Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses !

Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon,
Et les soirs au balcon, voilés de vapeurs roses.
Que ton sein m’était doux ! Que ton cœur m’était bon !
Nous avons dit souvent d’impérissables choses
Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon.

Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées !
Que l’espace est profond ! Que le cœur est puissant !
En me penchant vers toi, reine des adorées,
Je croyais respirer le parfum de ton sang.
Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées !

Continuer la lecture de « « Le Balcon » – Charles Baudelaire »