« Au temps qu'Amour, d'hommes et Dieux vainqueur » de Louise Labé

 Au temps qu’Amour, d’hommes et Dieux vainqueur

Au temps qu’Amour, d’hommes et Dieux vainqueur,
Faisait brûler de sa flamme mon coeur,
En embrasant de sa cruelle rage
Mon sang, mes os, mon esprit et courage,
Encore lors je n’avais la puissance
De lamenter ma peine et ma souffrance ;
Encor Phébus, ami des lauriers verts,
N’avait permis que je fisse des vers.
Mais maintenant que sa fureur divine
Remplit d’ardeur ma hardie poitrine,
Chanter me fait, non les bruyants tonnerres
De Jupiter, ou les cruelles guerres
Dont trouble Mars, quand il veut, l’Univers ;
Il m’a donné la lyre, qui les vers
Soulait chanter de l’amour Lesbienne :
Et à ce coup pleurera de la mienne. Continuer la lecture de « « Au temps qu'Amour, d'hommes et Dieux vainqueur » de Louise Labé »

« Sur la rive d'un fleuve une nymphe éplorée » de Joachim du Bellay

Sur la rive d’un fleuve une nymphe éplorée

Sur la rive d’un fleuve une nymphe éplorée,
Croisant les bras au ciel avec mille sanglots,
Accordait cette plainte au murmure des flots,
Outrageant son beau teint et sa tresse dorée :

Las, où est maintenant cette face honorée,
Où est cette grandeur et cet antique los,
Où tout l’heur et l’honneur du monde fut enclos,
Quand des hommes j’étais et des dieux adorée ?

N’était-ce pas assez que le discord mutin
M’eût fait de tout le monde un publique butin,
Si cet hydre nouveau, digne de cent Hercules,

Foisonnant en sept chefs de vices monstrueux
Ne m’engendrait encore à ces bords tortueux
Tant de cruels Nérons et tant de Caligules ?

Joachim du Bellay
« Les antiquités de Rome »

Au delà de l'Amour
Misterio Profanado

« De soi-même » de Clément Marot

De soi-même

Plus ne suis ce que j’ai été,
Et ne le saurais jamais être.
Mon beau printemps et mon été
Ont fait le saut par la fenêtre.
Amour, tu as été mon maître,
Je t’ai servi sur tous les Dieux.
Ah si je pouvais deux fois naître,
Comme je te servirais mieux !

Clément Marot

De Soi-même
transcεndεntal dεgrεε assıgnatıon . .

« Vénus Rustique » – Guy de Maupassant

Vénus Rustique

Les Dieux sont éternels. Il en naît parmi nous
Autant qu’il en naissait dans l’antique Italie,
Mais on ne reste plus des siècles à genoux,
Et, sitôt qu’ils sont morts, le peuple les oublie.
Il en naîtra toujours, et les derniers venus
Régneront malgré tout sur la foule incrédule :
Tous les héros sont faits de la race d’Hercule,
La vieille terre enfante encore des Vénus.

Continuer la lecture de « « Vénus Rustique » – Guy de Maupassant »