« Encor que toi, Diane, à Diane tu sois » par Étienne Jodelle

Encor que toi, Diane, à Diane tu sois

Diane Kruger
Diane Kruger par Siebbi

Encor que toi, Diane, à Diane tu sois
Pareille en traits, en grâce, en majesté céleste,
En coeur, et haut, et chaste, et presqu’en tout le reste
Fors qu’en l’austérité des virginales lois,

La riche et rare fleur, qu’en tout ton corps tu vois,
Ton enbonpoint, ta grâce, et ta vigueur atteste,
Que puis qu’un autre hymen a dénoué ton ceste
Virginal, en veuvage envieillir tu ne dois. Continuer la lecture de « « Encor que toi, Diane, à Diane tu sois » par Étienne Jodelle »

« Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux » de Théodore Agrippa d’Aubigné

old marble sculpture on pedestal in city

 Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux

Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux :
J’en serai laboureur, vous dame et gardienne.
Vous donnerez le champ, je fournirai de peine,
Afin que son honneur soit commun à nous deux.

Les fleurs dont ce parterre éjouira nos yeux
Seront vers florissants, leurs sujets sont la graine,
Mes yeux l’arroseront et seront sa fontaine
Il aura pour zéphyrs mes soupirs amoureux. Continuer la lecture de « « Nous ferons, ma Diane, un jardin fructueux » de Théodore Agrippa d’Aubigné »

« Vers adressés à Diane de Poitiers » d'Henri II

Vers adressés à Diane de Poitiers

Plus ferme foi ne fut oncques jurée
A nouveau prince, ô ma belle princesse,
Que mon amour qui vous sera sans cesse
Contre le temps et la mort assurée.
De fossés creux ou de tour bien murée
N’a pas besoin de ma foi la fortresse,
Dont je vous fis, dame, reine et maîtresse,
Parce qu’elle est d’éternelle durée.
Trésor ne peut sur elle être vainqueur
Un si vil prix n’acquiert un gentil coeur.

Henri II

Amour trouva Diane en la claire fontaine
Diane Kruger Par Siebbi

« Amour trouva Diane en la claire fontaine » de Siméon-Guillaume de la Roque

Amour trouva Diane en la claire fontaine

Amour trouva Diane en la claire fontaine,
Lorsqu’elle se baignait dans les flots argentés,
Sans crainte d’être vue en ces bois écartés
Où jadis le chasseur perdit la forme humaine.

Lors il prit en sa trousse une flèche inhumaine,
Pensant bien entamer ses diverses beautés,
Comme il fit à Phébus par ses traits indomptés,
Quand il suivait Daphné qui fuyait par la plaine. Continuer la lecture de « « Amour trouva Diane en la claire fontaine » de Siméon-Guillaume de la Roque »