« Muse, n'est-ce point là le feu de la Déesse » de Salomon Certon

Muse, n’est-ce point là le feu de la Deesse

Muse, n’est-ce point là le feu de la Deesse
Qui naquit autrefois dans le champ marinier,
Qui d’un brin esclattant ne nous veut denier
Du matin qui s’en vient le jour et la promesse ?

Desja, n’est-ce point là l’aurore qui se dresse,
Vermillonnant ces Montz de son char saffranier ?
Desja, n’est-ce point là le flambeau journalier,
Qui des plus petits feux faict escarter la presse ?

C’est le jour, pour le seur, c’est le poinct asseuré
Qui te delivrera du combat enduré,
Qui t’a toute la nuict fait guerre si cruelle,

Mon oeil ne veille plus, tu es en liberté
De t’aller reposer par le jour appresté,
Qui t’annonce le point de ceste aube nouvelle.

Salomon Certon

[singlepic id=81 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Jackie Martinez (#13250) Par mark sebastian

« Vénus Anadyomène » – Arthur Rimbaud

Venus Anadyomène

Vénus Anadyomène

Comme d’un cercueil vert en fer blanc, une tête
De femme à cheveux bruns fortement pommadés
D’une vieille baignoire émerge, lente et bête,
Avec des déficits assez mal ravaudés ;

Puis le col gras et gris, les larges omoplates
Qui saillent ; le dos court qui rentre et qui ressort ;
Puis les rondeurs des reins semblent prendre l’essor ;
La graisse sous la peau paraît en feuilles plates ;

Continuer la lecture de « « Vénus Anadyomène » – Arthur Rimbaud »