« La Chanson du rayon de lune » par Guy de Maupassant

Rayon de lune

La Chanson du rayon de lune

Faite pour une nouvelle

Sais-tu qui je suis ? Le Rayon de Lune.
Sais-tu d’où je viens ? Regarde là-haut.
Ma mère est brillante, et la nuit est brune.
Je rampe sous l’arbre et glisse sur l’eau ;
Je m’étends sur l’herbe et cours sur la dune ;
Je grimpe au mur noir, au tronc du bouleau,
Comme un maraudeur qui cherche fortune.
Je n’ai jamais froid ; je n’ai jamais chaud.
Je suis si petit que je passe
Où nul autre ne passerait.
Aux vitres je colle ma face
Et j’ai surpris plus d’un secret.
Je me couche de place en place
Et les bêtes de la forêt,
Les amoureux au pied distrait,
Pour mieux s’aimer suivent ma trace.
Puis, quand je me perds dans l’espace,
Je laisse au cœur un long regret.

Rossignol et fauvette
Pour moi chantent au faîte
Des ormes ou des pins.
J’aime à mettre ma tête
Au terrier des lapins,
Lors, quittant sa retraite
Avec des bonds soudains,
Chacun part et se jette
À travers les chemins.
Au fond des creux ravins
Je réveille les daims
Et la biche inquiète.
Elle évente, muette,
Le chasseur qui la guette
La mort entre les mains,
Ou les appels lointains
Du grand cerf qui s’apprête
Aux amours clandestins.

Ma mère soulève
Les flots écumeux,
Alors je me lève,
Et sur chaque grève
J’agite mes feux.
Puis j’endors la sève
Par le bois ombreux ;
Et ma clarté brève,
Dans les chemins creux,
Parfois semble un glaive
Au passant peureux.
Je donne le rêve
Aux esprits joyeux,
Un instant de trêve
Aux cœurs malheureux.

Sais-tu qui je suis ? Le Rayon de Lune.
Et sais-tu pourquoi je viens de là-haut ?
Sous les arbres noirs la nuit était brune ;
Tu pouvais te perdre et glisser dans l’eau,
Errer par les bois, vaguer sur la dune,
Te heurter, dans l’ombre, au tronc du bouleau.
Je veux te montrer la route opportune ;
Et voilà pourquoi je viens de là-haut.

Guy de Maupassant

Rayon de lune
Quand la lune est rousse ce soir !

« Chanson de Croisade » de Conon de Béthune

Chanson de croisade

IV

Chanson
chanson Par stopmangohome

Hélas ! Amour, quelle dure séparation
Il me faudra souffrir de la meilleure
Qui fut jamais aimée et servie !
Que Dieu me ramène à elle par sa bonté
Aussi vraiment que je m’en éloigne avec douleur !
Las ! qu’ai-je dit ? Je ne m’en éloigne pas :
Si mon corps va servir Notre Seigneur,
Mon coeur tout entier reste en son pouvoir.

Pour lui je m’en vais soupirant en Syrie,
Car je ne dois pas faillir à mon Créateur :
Qui lui fera défaut dans ce besoin d’aide,
Sachez qu’il manquera dans un plus grand besoin.
Et sachent bien les grands et les petits
Qu’on doit là-bas faire acte de chevalerie,
Où l’on conquiert paradis et honneur
Et prix et gloire et l’amour de sa mie. Continuer la lecture de « « Chanson de Croisade » de Conon de Béthune »

Fille de la mer ( extrait , chanson , fafa de belem / amazonie )

Fille de la mer ( extrait , chanson , fafa de belem / amazonie )

je suis fille de la mer

lumière du jour

vêtue de chair et de poésie

je me rappelle la mer

les baisers sur la plage

quand je me suis donnée

mon pêcheur

habite dans les sables

et il est fils d ‘ une sirène

il m ‘ a fait l ‘ amour

et a fabriqué

pour me pêcher

une ligne plus pure

que celle de l ‘ horizon

Madame Rêve d'Alain Bashung

Madame Rêve

Ses Yeux
L’ENCRE DE SES YEUX … Par gmayster01 on & off …

Madame rêve d’atomiseurs
Et de cylindres si longs
Qu’ils sont les seuls
Qui la remplissent de bonheur
Madame rêve d’artifices
De formes oblongues
Et de totems qui la punissent

Rêve d’archipels
De vagues perpétuelles
Sismiques et sensuelles

D’un amour qui la flingue
D’une fusée qui l’épingle
Au ciel,
Au ciel…

On est loin des amours de loin
On est loin des amours de loin
On est loin

Madame rêve ad libitum
Comme si c’était tout comme
Dans les prières
Qui emprisonnent et vous libère

Madame rêve d’apesanteur
Des heures des heures
De voltige a plusieurs

Alain Bashung

« Que Serais-je sans toi » de Louis Aragon

Que Serais-je sans toi

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

J’ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j’ai vu désormais le monde à ta façon
J’ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J’ai tout appris de toi jusqu’au sens du frisson. Continuer la lecture de « « Que Serais-je sans toi » de Louis Aragon »

« Chanson » – Anonyme

Chanson

Vous l’avez donc, Hortense,
Placé bien haut ;
Selon toute apparence,
Il est fort chaud.
Ne seroit-il point plus grand qu’il ne faut ?

Anonyme
1666

[singlepic id=42 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Hortence Par Stifts- och landsbiblioteket i Skara

Réponse de Claude Bectone à Bonaventure des Périers

Réponse à « Chanson » de Bonaventure des Périers

Si chose aimée est toujours belle,
Si la beauté est éternelle,
Dont le désir n’est à blâmer,
On ne saurait que bien aimer.

Si le coeur humain qui désire
En choisissant n’a l’œil au pire,
Quand le meilleur sait estimer,
On ne saurait que bien aimer.

Si l’estimer naît de prudence,
Laquelle connaît l’indigence,
Qui fait l’amour plaindre et pâmer,
On ne saurait que bien aimer.

Continuer la lecture de « Réponse de Claude Bectone à Bonaventure des Périers »