« Connaissez-vous mon Andalouse » de Jules Verne

Connaissez-vous mon Andalouse

[singlepic id=97 w=240 h=320 mode=web20 float=right]Connaissez-vous mon Andalouse,
Plus belle que les plus beaux jours,
Folle amante, plus folle épouse,
Dans ses amours, toute jalouse,
Toute lascive en ses amours !

Vrai dieu ! de ce que j’ai dans l’âme,
Eussé-je l’enfer sous mes pas,
Car un mot d’amour de ma dame
A seul allumé cette flamme,
Mon âme ne se plaindra pas !

C’est que ma belle amante est belle,
Lorsqu’elle se mire en mes yeux !
L’étoile ne luit pas tant qu’elle,
Et quand sa douce voix m’appelle,
Je crois qu’on m’appelle des Cieux !

C’est que sa taille souple et fine
Ondule en tendre mouvement,
Et parfois de si fière mine,
Que sa tête qui me fascine
Eblouit comme un diamant !

C’est que la belle créature
Déroule les flots ondoyants
D’une si noire chevelure
Qu’on la couvre, je vous jure,
De baisers tout impatients !

C’est que son oeil sous sa paupière
Lance un rayon voluptueux,
Qui fait bouillir en mon artère,
Tout ce que Vénus de Cythère
Dans son sein attise de feux !

C’est que sur ses lèvres de rose
Le sourire de nuit, de jour
Brille comme une fleur éclose
Et quand sur mon coeur il se pose,
Il le fait palpiter d’amour !

C’est que lorsqu’elle m’abandonne
Sa blanche main pour la baiser,
Que le ciel se déchaîne et tonne,
Que m’importe, – Dieu me pardonne,
Il ne peut autant m’embraser ! Continuer la lecture de « « Connaissez-vous mon Andalouse » de Jules Verne »

« Les fleurs du clair accueil au long de la muraille » d'Émile Verhaeren

Les fleurs du clair accueil au long de la muraille

Les fleurs du clair accueil au long de la muraille
Ne nous attendent plus quand nous rentrons chez nous,
Et nos étangs soyeux dont l’eau plane s’éraille
Ne se prolongent plus sous les cieux purs et doux.

Tous les oiseaux ont fui nos plaines monotones
Et les pâles brouillards flottent sur les marais.
O ces deux cris : automne, hiver ! hiver, automne !
Entends-tu le bois mort qui choit dans la forêt ? Continuer la lecture de « « Les fleurs du clair accueil au long de la muraille » d'Émile Verhaeren »

« Regrets d'Amour » de Pierre Corneille

[singlepic id=4 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Regrets d’amour

Caliste, lorsque je vous vois,
Dirai-je que je vous admire ?
C’est vous dire bien peu pour moi,
Et peut-être c’est trop vous dire.

Je m’expliquerais un peu mieux
Pour un moindre rang que le vôtre,
Vous êtes belle, j’ai des yeux,
Et je suis homme comme un autre.

Que n’êtes-vous à votre tour,
Caliste, comme une autre femme !
Je serais pour vous tout d’amour
Si vous n’étiez point si grande dame.

Votre grade hors du commun
Incommode fort qui vous aime,
Et sous le respect importun
Un beau feu s’éteint de lui-même.

J’aime un peu l’indiscrétion
Quand je veux faire des maîtresses ;
Et quand j’ai de la passion,
J’ai grand amour pour les caresses.

Mais si j’osais me hasarder
Avec vous au moindre pillage,
Vous me feriez bien regarder
Le grand chemin de mon village.

J’aime donc mieux laisser mourir
L’ardeur qui serait mal traitée,
Que de prétendre à conquérir
Ce qui n’est point de ma portée.

Pierre Corneille

Ô belle Noémie, approche, embrasse-moi – Marc de Papillon de Lasphrise

Ô belle Noémie, approche, embrasse-moi

Ô belle Noémie, approche, embrasse-moi,
Et ne m’allègue plus ma sainte ardeur éprise,
Disant que je m’en aille à Théophile exquise
A qui j’offris mes vœux premièrement qu’à toi.

Je me fâche vraiment de ce double renvoi
Qui fraude les loyers de ma brave entreprise :
Le grand Prince use ainsi d’une feinte remise
Pour égarer l’effet de sa douteuse foi.

Continuer la lecture de « Ô belle Noémie, approche, embrasse-moi – Marc de Papillon de Lasphrise »