« Fata Morgana » par André Breton

Ce matin la fille de la montagne tient sur ses genoux

un accordéon de chauves-souris blanches

Un jour un nouveau jour cela me fait penser à un

objet que je garde

Alignés en transparence dans un cadre des tubes en

verre de toutes les couleurs de philtres de liqueurs

Qu’avant de me séduire il ait dû répondre peu importe

à quelque nécessité de représentation commerciale

Pour moi nulle œuvre d’art ne vaut ce petit carré fait

de l’herbe diaprée à perte de vue de la vie

Un jour un nouvel amour et je plains ceux pour qui

l’amour perd à ne pas changer de visage

Comme si de l’étang sans lumière la carpe qui me tend

à l’éveil une boucle de tes cheveux

N’avait plus de cent ans et ne me taisait tout ce que

je dois pour rester moi-même ignorer

Un nouveau jour est-ce bien près de toi que j’ai dormi

J’ai donc dormi j’ai donc passé les gants de mousse

Dans l’angle je commence à voir briller la mauvaise

commode qui s’appelle hier

Il y a de ces meubles embarrassants dont le véritable office est de cacher des issues Continuer la lecture de « « Fata Morgana » par André Breton »

« L’Union Libre » – André Breton

L’Union Libre

Corazon
MAGIA DE CORAZONES ♥ ♥ ▷ Par PROYECTO AGUA** /** WATER PROJECT

Ma femme à la chevelure de feu de bois
Aux pensées d’éclairs de chaleur
A la taille de sablier
Ma femme à la taille de loutre entre les dents du tigre
Ma femme à la bouche de cocarde et de bouquets d’étoiles de dernière grandeur
Aux dents d’empreinte de souris blanche sur la terre blanche
A la langue d’ambre  et de verre frottés
Ma femme à la langue d’hostie poignardée
A la langue de poupée qui ouvre et ferme les yeux
A la langue de pierre incroyable
Ma femme aux cils de bâton d’écriture d’enfant
Aux sourcils de bord de nid d’hirondelle
Ma femme aux tempes d’ardoise de toit de serre
Et de buée aux vitres
Continuer la lecture de « « L’Union Libre » – André Breton »

« L'Amour » de Paul Éluard et d'André Breton

L’Amour

Extrait

[singlepic id=69 w=320 h=240 mode=web20 float=right]

Lorsque la femme est sur le dos et que l’homme est couché sur elle, c’est la cédille.

Lorsque l’homme est sur le dos et que sa maîtresse est couchée sur lui, c’est le c.

Lorsque l’homme et sa maîtresse sont couchés sur le flanc et s’observent, c’est le pare-brise.

Lorsque l’homme et la femme sont couchés sur le flanc, seul le dos de la femme se laissant observer, c’est la Mare-au-Diable.

Lorsque l’homme et sa maîtresse sont couchés sur le flanc, s’observant, et qu’elle enlace de ses jambes les jambes de l’homme, la fenêtre grande ouverte, c’est l’oasis.

Lorsque l’homme et la femme sont couchés sur le dos et qu’une jambe de la femme est en travers du ventre de l’homme, c’est le miroir brisé.

Lorsque l’homme est couché sur sa maîtresse qui l’enlace de ses jambes, c’est la vigne-vierge.

Lorsque l’homme et la femme sont sur le dos, la femme sur l’homme et tête-bêche, les jambes de la femme glissées sous les bras de l’homme, c’est le sifflet du train.

Lorsque la femme est assise, les jambes étendues sur l’homme couché lui faisant face, et qu’elle prend appui sur les mains, c’est la lecture.

Lorsque la femme est assise, les genoux pliés, sur l’homme couché, lui faisant face, le buste renversé ou non, c’est l’éventail.

Continuer la lecture de « « L'Amour » de Paul Éluard et d'André Breton »