« De l'amant douloureux » de Clément Marot

De l’amant douloureux

Avant mes jours mort me faut encourir
Par un regard, dont m’as voulu férir,
Et ne te chaut de ma griève tristesse :
Mais n’est-ce pas à toi grande rudesse,
Vu que tu peux si bien me secourir ?

Auprès de l’eau me faut de soif périr.
Je me vois jeune, et en âge fleurir,
Et si me montre être plein de vieillesse
Avant mes jours. Continuer la lecture de « « De l'amant douloureux » de Clément Marot »