♪ « Bon conseil aux amants » de Victor Hugo

Bon conseil aux amants

L’amour fut de tout temps un bien rude Ananké. 
Si l’on ne veut pas être à la porte flanqué, 
Dès qu’on aime une belle, on s’observe, on se scrute ; 
On met le naturel de côté ; bête brute, 
On se fait ange ; on est le nain Micromégas ; 
Surtout on ne fait point chez elle de dégâts ; 
On se tait, on attend, jamais on ne s’ennuie, 
On trouve bon le givre et la bise et la pluie, 
On n’a ni faim, ni soif, on est de droit transi ; 
Un coup de dent de trop vous perd. Oyez ceci : Continuer la lecture de « ♪ « Bon conseil aux amants » de Victor Hugo »

« L'amant désespéré » de Nicolas Gilbert

L’amant désespéré

[singlepic id=117 w=320 h=240 mode=web20 float=right]Forêts solitaires et sombres,
Je viens, dévoré de douleurs,
Sous vos majestueuses ombres,
Du repos qui me fuit respirer les douceurs.

Recherchez, vains mortels, le tumulte des villes ;
Ce qui charme vos yeux aux miens est en horreur :
Ce silence imposant, ces lugubres asiles,
Voilà ce qui peut plaire au trouble de mon coeur. Continuer la lecture de « « L'amant désespéré » de Nicolas Gilbert »

« Le véritable amant » de Simon Bougoing

Le véritable amant

Misterio Profanado
Misterio Profanado Par Claudio Gonzalez

Les bons amants deux coeurs en un assemblent,
Penser, vouloir, mettent en un désir,
Un chemin vont, jamais ne se dessemblent ;
Ce que l’un veut, l’autre l’a à plaisir.
Point ne les vient jalousie saisir
En vrai amour, car de mal n’ont envie
Amour est bonne ; jaloux ont male vie.

En telle amour l’un l’autre ne mécroit,
Jamais entre eux n’a aucun contredit,
Ce que l’un dit, pour vrai l’autre le croit ;
Nul refus n’a entre eux, en fait ni dit ;
L’un pense bien que l’autre n’a rien dit
Que vérité, et que point ne ferait
Aucune chose que faire ne devrait. Continuer la lecture de « « Le véritable amant » de Simon Bougoing »

« La Saint-Valentin » de Marie-France Guerrier

La Saint-Valentin

Mon amour tu n’es pas un saint
Lorque tu poses par essaim
Tes baisers dans mon buisson d’Eve
Pour qu’ils en butinent la sève
Quand le bonheur est sacro-saint.

Je devrais crier : spadassin !
Quand la flèche de fantassin
Me fait gémir dans une trêve …
Mon amour …

Lorqu’à la gourde de mon sein
Tu t’enivres dans le dessein
De m’emporter au fil du rêve,
Sur les flots de l’extase brève
Où je meurs et j’appelle en vain:
Mon amour …

Marie-France Guerrier
Saint-Valentin
Saint-Valentin Par abac077

« De l'amant douloureux » de Clément Marot

De l’amant douloureux

Avant mes jours mort me faut encourir
Par un regard, dont m’as voulu férir,
Et ne te chaut de ma griève tristesse :
Mais n’est-ce pas à toi grande rudesse,
Vu que tu peux si bien me secourir ?

Auprès de l’eau me faut de soif périr.
Je me vois jeune, et en âge fleurir,
Et si me montre être plein de vieillesse
Avant mes jours. Continuer la lecture de « « De l'amant douloureux » de Clément Marot »

« Stances » de Siméon-Guillaume de la Roque

Stances

Un amant qui poursuit les beaux yeux d’une dame,
Et qui les a choisis pour miroir de son âme,
Qui trompe son esprit aux rais de tel flambeau,
S’encourt hâtivement à son heure dernière,
Comme celui qui suit d’un ardant la lumière
Qui le conduit au fleuve où il fait son tombeau.

Il peint dedans la nue, il bâtit sur l’arène,
Il fonde sur les flots son espérance vaine,
Et prépare le feu pour se sacrifier,
Il contraint son humeur, il se change et rechange,
D’un esprit infernal il pense faire un ange,
Et croit en l’adorant de se déifier. Continuer la lecture de « « Stances » de Siméon-Guillaume de la Roque »

« Le véritable amant » de Simon Boucoing

Le véritable amant

Les bons amants deux cœurs en un assemblent,
Penser, vouloir, mettent en un désir,
Un chemin vont, jamais ne se dessemblent ;
Ce que l’un veut, l’autre l’a à plaisir.
Point ne les vient jalousie saisir
En vrai amour, car de mal n’ont envie
Amour est bonne ; jaloux ont male vie.

En telle amour l’un l’autre ne mécroit,
Jamais entre eux n’a aucun contredit,
Ce que l’un dit, pour vrai l’autre le croit ;
Nul refus n’a entre eux, en fait ni dit ;
L’un pense bien que l’autre n’a rien dit
Que vérité, et que point ne ferait
Aucune chose que faire ne devrait.

Si par fortune adversité advient
À celle dame qui en amour le tient,
Ou si malade soudainement devient
De meilleur cœur il l’aime et l’entretient ;
La douleur d’elle en son cœur il soutient.
Plus l’aimera ainsi par vérité,
Qu’il ne fera en sa prospérité.

Et si, par mort, l’un d’eux est départi,
Le survivant jà autre n’aimera,
Ni ne prendra jamais autre parti
Car en son cœur l’amour de l’autre aura ;
Comment haïr l’ami soudain pourra
Ce qu’il aimait de coeur si doucement !
Possible n’est de le faire aucunement.

Voyez la teurtre*, qui tant ce fait escorte ;
Quand l’une d’elles sa compagne tôt perd,
La survivante toujours sur branche morte
Prendra repos en grand regret expert.
Chacun connaît que c’est un fait apert
Car sa nature à telle amour ouverte
Qu’el’ ne s’assied plus dessus branche verte.

Simon Boucoing

(*) Tourterelle

[singlepic id=56 w=320 h=240 mode=web20 float=center]

Les Amants Par xo-mox

« Dernière soirée passée avec ma maîtresse » de Guy de Maupassant

Dernière soirée passée avec ma maîtresse

Il fallait la quitter, et pour ne plus me voir
Elle partait, mon Dieu, c’était le dernier soir.
Elle me laissait seul ; cette femme cruelle
Emportait mon amour et ma vie avec elle.
Moi je voulus encore errer comme autrefois
Dans les champs et l’aimer une dernière fois.
La nuit nous apportait et l’ombre et le silence,
Et pourtant j’entendais comme une voix immense,
Tout semblait animé par un souffle divin.
La nature tremblait, j’écoutais et soudain
Un étrange frisson troubla toute mon âme.
Haletant, un moment j’oubliai cette femme
Que j’aimais plus que moi. Le vent nous apportait
Mille sons doux et clairs que l’écho répétait.
Ce n’était plus de l’air le calme et frais murmure,
Mais c’était comme un souffle étreignant la nature,
Un souffle, un souffle immense, errant, animant tout,
Qui planait et passait, me rendant presque fou,
Un son mystérieux et qui, sur son passage,
Réveillait et frappait les échos du bocage.
Tout vivait, tout tremblait, tout parlait dans les bois,
Comme si, pour fêter le plus puissant des rois,
Et l’insecte et l’oiseau et l’arbre et le feuillage
Parlaient, quand tout dormait, un sublime langage.
Je restai frémissant : ce bruit mystérieux,
C’était Dieu descendu des cieux.

[singlepic id=10 w=320 h=240 float=none]

C’était ce Dieu puissant si grand et solitaire
Qui venait oublier sa grandeur sur la terre.
Dieu las et fatigué de sa divinité,
Las d’honneur, de puissance et d’immortalité,
Des éternels ennuis où sa grandeur l’enchaîne,
Qui venait partager notre nature humaine.
Il avait choisi l’heure où tout dort et se tait,
Où l’homme, indifférent à tout ce que Dieu fait,
Attaché seulement à ses soins mercenaires,
Prend un peu de repos qu’il dérobe aux affaires.
Car c’était aussi l’heure où ce Dieu généreux
Peut bénir et donner la main aux malheureux,
L’heure où celui qui souffre et gémit en silence,
Qui craint pour son malheur la froide indifférence,
Délivré du fardeau de l’égoïsme humain,
Sans craindre la pitié peut planer libre enfin.
Dieu vient le consoler, il soutient sa misère,
Il rend ses pleurs plus doux, sa douleur moins amère,
Il verse sur sa plaie un baume bienfaisant.
D’autres craignent encore un oeil indifférent,
Et les regards de l’homme et les bruits de la terre.
Ils cherchent aussi l’heure où tout est solitaire,
Dieu les voit, il bénit le bonheur des amants.
Invisible témoin, il entend leurs serments.
Il aime cet amour qu’il ne goûtera pas
Et dans les bois, la nuit, il protège leurs pas.
Il était là, son souffle errait sur la nature,
Paraissait éveiller comme un vaste murmure,
Tout ce qu’il a formé s’animait et, tremblant,
S’agitait au contact de ce Dieu tout-puissant,
Et tout parlait de lui, le vent sous le feuillage,
Et l’arbuste, et le flot caressait le rivage,
Et tous ces bruits divers ne formaient qu’une voix :
C’était Dieu qui parlait au milieu des grands bois.
Tous deux nous l’écoutions et nous versions des larmes ;
Quand on va se quitter, l’amour a tant de charmes !
Et nos pleurs, qui tombaient comme des diamants,
Goutte à goutte brillaient sur les herbes des champs.
Mais de cette belle soirée
Et de ma maîtresse adorée
Que restait-il le lendemain ?
Seul le pâtre de grand matin,
En conduisant au pâturage
Son gras troupeau, vit sur l’herbage
Les quelques gouttes de nos pleurs,
Seule marque de nos douleurs ;
Mais il les prit pour la rosée.
« L’herbe n’est point encor séchée »,
Se dit-il en pressant le pas.
Hélas ! il ne soupçonna pas
Que de chagrins et de misères
Cachait cette eau sur les bruyères.
Et ses brebis qui le suivaient
Broutaient les herbes et buvaient
Nos pleurs sans arrêter leur course,
Mais rien n’en a trahi la source.

Guy de Maupassant