« Une bonne Fortune » d'Alfred de Musset

Une bonne Fortune

Bonne Fortune
Madge Macbeth costumed as a gypsy fortune teller / Madge Par BiblioArchives / LibraryArchives
Macbeth déguisée en diseuse de bonne aventure

Il ne faudrait pourtant, me disais-je à moi-même,
Qu’une permission de notre seigneur Dieu,
Pour qu’il vînt à passer quelque femme en ce lieu.
Les bosquets sont déserts ; la chaleur est extrême ;
Les vents sont à l’amour l’horizon est en feu ;
Toute femme, ce soir, doit désirer qu’on l’aime. Continuer la lecture de « « Une bonne Fortune » d'Alfred de Musset »

Lettre de George Sand à Alfred de Musset

Goût de toi

Lettre de George Sand

à Alfred de Musset

Je suis très émue de vous dire que j’ai
bien compris l’autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir aussi
Continuer la lecture de « Lettre de George Sand à Alfred de Musset »

« Faire de son amour un jour au lieu d'un songe » – Alfred de Musset

Songe

Faire de son amour un jour au lieu d’un songe

Se voir le plus possible et s’aimer seulement,
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu’un désir nous trompe, ou qu’un remords nous ronge,
Vivre à deux et donner son cœur à tout moment;

Respecter sa pensée aussi loin qu’on y plonge,
Faire de son amour un jour au lieu d’un songe,
Et dans cette clarté respirer librement,
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.

Continuer la lecture de « « Faire de son amour un jour au lieu d'un songe » – Alfred de Musset »

« Jamais » par Alfred de Musset

Jamais

Jamais, aviez-vous dit, tandis qu’autour de nous
Résonnait de Schubert, la plaintive musique
Jamais, aviez-vu dit, tandis que, malgré vous,
Brillait de vos grands yeux l’azur mélancolique.

Jamais, répétiez-vous, pâle et d’un air si doux
Qu’on eût cru voir sourire une médaille antique.
Mais des trésors secrets l’instinct fier et pudique
Vous couvrit de rougeur, comme un voile jaloux.

Quel mot vous prononcez, marquise, et quel dommage !
Hélas! je ne voyais ni ce charmant visage,
Ni ce divin sourire, en vous parlant d’aimer.

Vos yeux bleus sont moins doux que votre âme n’est belle.
Même en les regardant, je ne regrettais qu’elle,
Et de voir dans sa fleur un tel cœur se fermer.

Alfred de Musset

« Poésies Nouvelles »

Jamais
bellone – 120323 – éditions brugger – jamais Par fabonthemoon